On a tous envie d’être Greta à un moment donné

« Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan. Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous ! »

Dans trente ans, je ne serais peut être plus là. Greta et mon fils vivront encore sur cette planète. Mais à quoi ressemblera cette planète ? Certainement pas à celle que nous connaissons aujourd’hui.

Tout comme Cascador, je suis mal à l’aise avec la radicalité du discours ambiant. Par exemple, les arguments scientifiques du GIEC concernant le réchauffement climatique sont balayés d’un revers de main en 5 minutes sur une chaine d’information en continue. Je peux multiplier les exemples où la raison parle et les voix de quelques uns, bien placés médiatiquement sans argument, ni réflexion, défont et dégradent un travail intellectuel de qualité.

A la question, le végétarisme est-il souhaitable à grand échelle, la réponse est oui, que cette réponse soit agréable ou non à entendre. Le steak haché qui atterrit dans mon assiette est équivalent à une dépense d’eau de 40 à 80 douches et  à plusieurs centaines de kilos de céréales.

Devant ce monde consumériste qui s’autodétruit, comment ne pas comprendre et soutenir Greta Thunberg qui va y vivre alors que nous, adultes, n’y participerons pas ? Son cri est légitime et nécessaire : nous volons le futur de nos enfants.

Pour finir, Greta Thunberg et moi avons un point commun, nous haïssons les indifférents.

 

Quelques liens suite à ce billet :

Déjà 9 avis pertinents dans On a tous envie d’être Greta à un moment donné

  • Pierre
    Certes il y a les indifférents/paresseux mais je crois qu’il y a aussi et surtout les fatalistes qui en sont arrivés à un point tel qu’ils sont résignés et ne peuvent plus que subir.

    Pour remédier au problème, il faudrait radicalement changer le système voir le remplacer par un autre or de nombreuses personnes vivant avec de modestes revenus ont du mal à joindre les 2 bouts. De nombreux ménages vivant dans la classe moyenne ont vu leur pouvoir d’achat se réduire très nettement depuis la crise de 2008 et ont peur de sombrer dans la pauvreté. Je suis certains que nombre de ces personnes ne veulent pas entendre parler du changement car elles ont peur que ça leur tombe en pleine gueule. Un exemple? On interdit ou on taxe les voitures les plus polluantes style des anciens véhicules diesel & cie. Or les personnes qui roulent encore avec ces vieux tacos, sont celles qui n’ont pas les moyen d’en changer.

    Il faut garantir que changement et justice sociale aillent de pair. C’est très dur de rééduquer des gens qui ont subi et qui subissent encore un lavage de cerveau quotidien. En tout cas, la jeunesse à bien raison de nous botter le cul, même si ils sont pleins de paradoxes (c’est pas grave) ou même si ils ne connaissent pas toujours les enjeux climatiques…

  • jack84
    Bonjour à tous
    Malgré toute la sympathie que je peux avoir vers le personnage « Greta » ainsi que pour les intervenants de ce forum, même si cela ne vous intéresse pas, sur ce sujet il m’est impossible d’adhérer à ce que je lis ci-dessus.
    Pourquoi ? Simplement parce que, pour moi, derrière cette sympathique gamine il y a tout un système qui la manipule et en fait du business.
    Il est vrai que si ce qui est dénoncé est indéniable et me révolte, mais j’ai du mal avec par exemple un trajet aller US en voilier et retour en avion….etc, etc. Il faudrait qu’ils commencent par être cohérents eux même, à ce moment là il y aurai beaucoup plus d’adhésions à leurs démarches. Il est sur que pour ces personnes (certainement pas des ouvriers d’usines de base ou autres…) l’avion était le seul moyen de vite rentrer pour continuer leurs business lucratifs.
    Ciao
  • jack84
    Bonjour et merci pour votre réponse. Je ne suis rien, donc ce n’est pas moi qui va dire à Greta comment elle doit communiquer.

    Si ma sympathie va vers les gens qui essaient d’avoir un comportement le plus écologique possible, cela ne m’empêche pas de voir que derrière les mots comme écologie, Bio … il y a des gens/sociétés qui font du fric et qui doivent se frotter les mains chaque fois que Greta fait le buzz.

    Certainement que Greta est sincère et ne monnaye pas ses actions, mais pour son entourage (Ingmar Rentzhog, Mårten Thorslund…), hum, permettez moi d’avoir de gros doutes.

    Pour conclure: si Greta fait avancer les choses dans le bon sens j’en suis très content, ce que je déteste c’est ceux qui se cachent derrière elle et se servent d’elle pour faire du profit.

    Ciao

  • Effectivement il y a bien plus de gens qui manipulent les informations dans le mauvais sens que de gens qui manipulent Greta, sachant que l’on est tous plus ou moins manipulé par son entourage. Toujours se demander qui a des intérêts personnels et qui des intérêts communs
    La parole scientifique n’a que peu de poids par rapport à la provocation gratuite des sceptiques.
    Dans un autre registre, zemmour le sait et troll…don’t feed the trolls
  • Pierre
    Je suis très triste pour les personnes comme qui au lieu de se réjouir d’une prise de conscience, d’un mouvement citoyen positif, de voir la jeunesse (et les autres) se mobiliser massivement pour leur avenir ainsi que pour celui de la planète cherchent le mal partout.

    > derrière cette sympathique gamine il y a tout un système qui la manipule et en fait du business
    Des faits?

    > j’ai du mal avec par exemple un trajet aller US en voilier et retour en avion….etc, etc.
    Sauf qu’elle est rentrée en bateau. Ce sont les skippers chargés de rapatrier le voilier en Europe qui ont pris l’avion pour aller le chercher. (on a pas de mal à déformer les faits par contre…).
    Pour ma part, je vois ce voyage en voilier comme un bon coup de com’/action de sensibilisation pour montrer qu’il existe des possibilités de joindre les actes à la parole. Bizarrement, on ne trouve pas beaucoup de personnes pour s’offusquer que tous nos dirigeants, leurs conseillés et autres attachés ainsi que de nombreuses organisations écologistes se soient rendus aux différentes COP (Kyoto, Copenhague, Doha, Varsovie, Paris, …).

    > Il faudrait qu’ils commencent par être cohérents eux même
    Il me semble que c’est ce qu’elle tente de faire : elle privilégie le train, ce voyage en voilier va dans le même sens.
    Je vais faire un autre parallèle : je ne vois pas beaucoup de critiques sur l’impact environnemental/le manque de cohérence de l’avion solar impulse… pourtant la logistique autour de cet avion solaire aussi bien en amont qu’en aval est énorme, on achemine plein de matériel et de personnes en avion (ce qui est logique par ailleurs).

    Peu importe l’action qui soit entreprise, il y aura toujours des personnes qui essaieront d’en tirer profit, c’est comme ça. Est-ce pour autant que l’action en question est mauvaise? Est-ce une raison pour tenter de la décrédibiliser au lieu de (continuer à) la soutenir?
    Une chose très évocatrice à mon sens et que nulle part on lit que X ou Y essaie de profiter du succès de Greta mais on lit plutôt des « derrière cette sympathique gamine il y a tout un système qui la manipule et en fait du business ». Ces tournures de phrases ne sont pas anodines et démontre un parti-pris… on enrobe tout ça d’une bonne dose d’hypocrisie « Il est vrai que si ce qui est dénoncé est indéniable et me révolte, MAIS… » et au final il n’y a là que malveillance. On met juste des bâtons dans les roues d’une belle cause et on fait le jeu de ceux qui ont des intérêts contraires.

    Qu’on se pose des questions c’est sain et légitime. Qu’on pointe des incohérences aussi, par contre les affirmations sans fondements, les rumeurs, c’est juste bête et méchant voir destructeur.

    Personnellement, je ne suis pas cohérent, je suis révolté par ce qui se passe, je suis convaincu par la cause environnementale, je milite (un peu), il m’arrive de faire des dons, j’essaie de réduire mon emprunte écologique… sur certaines choses tandis que sur d’autre chose (même certaines que je pourrais facilement changer) je n’en fais rien. Du coup comme je suis suis pas parfait, je n’aurais pas le droit de défendre une cause puisque je manque de cohérence. Moi j’appelle ça être humain tout simplement.

  • jack84
    Bonjour

    Ne soyez pas triste pour moi, j’ai nullement besoin de votre compassion.

    Apparemment cela a été mal perçu, aussi je le redit, je ne suis pas hostile à l’écologie pourvu qu’elle soit intelligente, réaliste et surtout quand elle ne prend pas les détestables défauts d’une « religion radicale » qui fait que l’on ne peut pas se poser de question sur les gens qui la composent.

    Émettre des craintes sur le fait que Greta est devenue l’égérie d’un système où tous ses composants ne seraient pas d’angéliques personnages désintéressés par l’aspect financier semble vous contrarier, cela ne me gêne pas.

    C’est regrettable mais là ou vous ne voyez chez moi que malveillance, parti-pris, hypocrisie…pour moi c’est questionnements, observations, croisement d’infos…et parfois il en sort quelques déductions (pas forcément sympathiques).
    Un seule chose est sure, il y a bien longtemps que je ne prends pas pour argent content les informations « vendues » par tous les médias. Je filtre donc au maximum les infos en fonctions de mes modestes moyens et de mon historique (conséquent vu mon age). Désolé si nous n’avons pas les mêmes filtres.

  • anonyme
    Peu importe les motivations, tant que cela va dans le bon sens cela me va. A partir du moment où cela dérive, je ne suis pas d’accord et je le fais savoir. Que cela soit une personne d’extrême, Greta, Mère Theresa ou le pape.

    Les gens « biens » peuvent faire des choses mauvaises et les gens « mauvais » peuvent faire de bonne chose.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.