Paix sociale

J’ai longtemps cherché ce qui me troublait dans le discours de certains camarades. Parfois on n’arrive pas à mettre de mots dessus et on les trouve « ailleurs ».

Ce qui mine nos sociétés c’est la radicalité avec laquelle chacun veut, non plus seulement exprimer, mais imposer ce qu’il est, qu’il s’agisse de religion, de sexualité, de politique, d’alimentation, de tenue vestimentaire, d’origines ou de position sociale.

Partout, tout le temps, en toute circonstance, nous brandissons notre drapeau ou celui de notre communauté, fut-elle groupusculaire, pour exiger notre « droit à » » sans plus jamais s’encombrer de notre « devoir de »… à commencer par celui de fraternité sur laquelle repose notre contrat social.

Mais voilà, il n’existe ni valeurs centrales de cohésion ni paix sociale dans un pays où l’individu prend le pas sur le citoyen, où le vegan attaque le boucher, où le supporter pille le commerçant, où l’hétéro s’en prend au gay, où le manifestant menace le député, où le député boycotte le militant, où le délinquant caillasse le pompier, où le Français de trois générations montre du doigt celui qui n’en compte qu’une, où l’écologiste fauche le champs de l’agriculteur, où l’automobiliste attaque le cycliste, où le cycliste attaque le motard… et inversement bien sûr, personne n’ayant le monopole de la violence, de la bêtise et du rejet. Source

Dans les mots ci-dessus je retrouve ce qui me gêne « la radicalité avec laquelle chacun veut, non plus seulement exprimer, mais imposer ce qu’il est » et « il n’existe ni valeurs centrales de cohésion ni paix sociale dans un pays où l’individu prend le pas sur le citoyen ».

Je suis d’accord avec ces propos pour autant notre société crée et nourrit des injustices. J’ai souvent parlé de respect, confiance, responsabilité. On parle souvent des droits et devoirs mais il y a un ordre, les droits viennent avant les devoirs, la responsabilité vient après la confiance qui vient après le respect. Quel devoir je pourrais avoir si je n’ai pas encore de droits ? De la même manière les féministes luttent pour l’égalité, comment peut-on parler de devoir et responsabilité alors qu’elles n’obtiennent même pas le respect via l’égalité ?

Espérer une paix sociale part du principe que la société est juste, aucune ne l’est.

Déjà 6 avis pertinents dans Paix sociale

  • Lecteur
    De la même manière les féministes luttent pour l’égalité, comment peut-on parler de devoir et responsabilité alors qu’elles n’obtiennent même pas le respect via l’égalité ?

    Tu aurais pu préciser le pays car en France par exemple, les féministes sont respectées comme tous les citoyens. Après, si elles disent des conneries, et bien elles assument d’être considérées comme des personnes qui disent des conneries. Le fait qu’elles soient féministes n’en devient que secondaire.

  • Lecteur
    Inutile de te considérer comme un citoyen ?

    Dans ce cas, qu’attends-tu pour changer de nationalité et être réellement un non citoyen français ? Tu vite voir la différence quand tu auras plus d’accès au soin aussi facile, plus de possibilité de voyager dans 90% des pays du monde ou plus de minimum sociaux pour t’aider à survivre en période de misère.

    Car bon, c’est facile de se dire que l’on ne se considère pas comme un citoyen et que de l’autre côté on bénéficie de tous les avantages du système. Tu parlais de droit ton article, en tant que français tu as énormément de droit seulement tu ne t’en rends même pas compte tellement tu baigne dedans. Ce qui prétendent ne pas avoir de droit en étant français sont juste des ignorants ou des ingrats. Tu penses que tu as pas de droit ? Et bien devient de la nationalité d’un pays du tiers monde ou d’un pays en guerre, tu verras ce que c’est de ne pas avoir de droit.

    Quand au respect, les gens ont le droit de partager les idéaux des féministes, d’autant plus quand le vrai cotoie le faux, cf la lanceuse du mouvement #meetoo qui se fait condamné pour diffamation.

    Quand aux droits et aux devoirs, il n’y a pas d’ordre, les deux viennent ensemble. Tu veux des droits, tu auras des devoirs et tu veux des devoirs, tu auras des droits. Si tu ne veux aucun des deux, et bien tu pars et c’est réglé.

  • Tu peux aller au bout de ta réflexion, camarade ? Car là j’aurais l’impression de faire le job en répondant 😁
    Étant considéré comme radical par mon veganisme et mon gauchisme,sans l’être je dirai que l’on est toujours le radical d’un autre. Là par exemple, je me ferai bien un steak de Berling, d’Arditi ou Dupond Moretti….

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.