L’ère du faire

Les communautés francophones ne voient pas assez les remarquables contributions et avancées qu’elles apportent au Libre et à GNU/Linux : Emmabuntüs, DFLinux, Les cahiers du débutant, Le cahier de l’administrateur Debian, Auto-hébergement facile avec OpenBSD, Journal du hacker, LinuxJobs.fr, LinuxFr.org, Planet-Libre, Liberapay, wallabag.it, Framasoft, Hand, JerryClans, FreshRSS, YunoHost, Cozy, PluXml

Et là je parle seulement de quelques projets/sites mais il y a des milliers de contributeurs francophones qu’on pourrait citer. La francophonie contribue fortement au Libre et à GNU/Linux.

J’étais en train de jeter un coup d’œil aux liens de la semaine sur le Jdh :
Internet, c’était mieux avant ?
Auto-hébergement : la route n’est pas si longue
Au revoir Twitter, bonjour Mastodon !
Bloquage du root: la colère d’un utilisateur
Êtes-vous déjà sur Mastodon (liste) ?
Pourquoi GNOME ?
Coup de tonnerre ! Ubuntu arrête le développement de Unity !
Sortie de PluXml 5.6
L’entropie sous Linux et la génération de nombres aléatoires
Installer une instance de Mastodon sous Debian 8

Si je devais résumer un peu, je dirais que ce sont des articles pointus, parfois (très) techniques. Il y a 5 ans on voyait surtout des articles sur la présentation d’un nouveau logiciel libre et comment l’installer, la dernière sortie d’Ubuntu. Aujourd’hui je trouve qu’il y a une ébullition, une mutualisation, une vraie dynamique de gens qui font du Libre et du GNU/Linux. Beaucoup de blogueurs sont développeurs, techniciens, sysadmins, contributeurs. Les articles sont donc beaucoup moins simples d’accès et beaucoup plus pointus/techniques qu’il y a quelques années.

A mon sens c’est très positif ça montre l’évolution qu’il y a eu. Ça a débuté avec les précurseurs ceux qui ont ouvert la voie et essuyé les plâtres. Ensuite ceux qui ont démocratisé le Libre et GNU/Linux, qui en ont parlé, qui l’ont expliqué. Maintenant il y a ceux qui font vivre et vivent du Libre et de GNU/Linux. Nous sommes à l’ère du faire.

Juste top.

Déjà 14 avis pertinents dans L’ère du faire

Tu vois, ton internet n’est pas tout à fait mort!
Par contre le niveau de connaissance et d’implication de chacun évolue à des rythmes différents donc certains étaient à l’ère du faire alors que je découvrais à peine le libre et d’autres le seront quand pour moi il sera temps de me déconnecter ! :-)
Hello,

Lol si mon Internet est mort, c’est pas 5% du net qui vont me remonter le moral arf.

Tcho !

Yo alter !

Oh le cochon ! Moins de 12 mots et une faute énorme, c’est pas Koué mais Coué ! Je te pardonne on pouvait pas espérer grand chose de FirefoxOS en étant sain d’esprit hé hé hé.

Concernant le « je vais bien, tout va bien », il y a quand-même de très nombreuses choses positives non ?

Tcho !

, c’est normal c’est de moi ! Hi hi hi

De toute façon c’était ça ou Just do it mais je trouvais ça trop marqué arf.

Tcho !

Je me réjouis aussi de ces projets aboutis et utilisables par (presque) tout le monde,et qu’on trouve aussi des articles très techniques. Mais il se creuse aussi un fossé entre ceux qui ont appris et ce qu’on appelle vulgairement le grand public. Il manque ce petit lien entre les deux mondes. Bien sûr on peut être curieux et apprendre grâce à ces articles. Mais je ressens quand même plus l’ère du « laisser faire » que l’ère du faire.
C’est un domaine à travailler et presque plus complexe que le pur technique avec l’humain qu’il y a en face dans sa grande diversité…
Salute ,

Je suis tout à fait d’accord avec toi sauf pour l’ère du « laisser faire » qui ne veut pas dire grand-chose je trouve lol.

Il y a un énorme fossé entre le grand public et les articles qu’on trouve en ce moment. Il y a très peu d’articles « débutant », quasiment aucun article « intermédiaire », de plus en plus d’articles « avancés » voire « professionnels ». Je le déplore également. Maintenant les gens écrivent sur ce qu’ils veulent, on ne les changera pas.

Contrairement à Cyrille (qui j’espère passera ici ou rebondira sur l’article), je ne trouve pas qu’il y a des masses moins de contenus mais le contenu a considérablement évolué en laissant de côté le grand public. C’est devenu très/trop technique donc trop pointu.

En ce qui me concerne je me vois comme « intermédiaire », j’essaie de faire le pont entre grand public et avancé. Pas facile, je ne sais pas si ça se voit trop d’ailleurs mais un article comme le Mémo Parameter Expansion je tente d’être le plus accessible possible pour que ça intéresse le grand public alors que le sujet est avancé/pro.

Tcho !

: Il semblerait que le formulaire de contact du site ne fonctionne pas (testé dans 2 navigateurs) : « ERREUR: Désolé, une erreur s’est produite. S’il vous plaît, contrôler que JavaScript et les Cookies sont activés des votre navigateur et essayez à nouveau. ». Du coup, je mets mon message ici !

Faire, c’est bien, mais communiquer est important aussi. Et je recherche justement une petite aide pour communiquer autour de FreshRSS :-) En particulier lorsqu’il y a des nouvelles versions majeures (version 1.7 en approche). Pourriez-vous être intéressé ?

A minima, j’imaginerais un court article de blog reprenant quelques nouveautés de https://github.com/FreshRSS/FreshRSS/blob/dev/CHANGELOG.md et publié sur votre blog avec copie sur http://www.planet-libre.org/ et éventuellement https://freshrss.org/blog.html (ou alors fermer ce dernier).

Bon week-end, et merci pour les articles mentionnant FreshRSS jusqu’à présent, qui apportent un peu de motivation :-)

Salute ,

J’ai transmis le problème à Laurent pour le formulaire.

On est tout à fait d’accord pour la communication bien qu’en réalité c’est même de la gestion de communauté qu’il faudrait (community manager). C’est rare d’avoir un développeur qui s’en soucie et qui essaie de l’améliorer, chapeau bas.

Je ne te dis ni oui ni non, je t’envoie un mail, on va en parler.

Tcho !

Je ne trouve pas qu’il y ait un fossé entre d’un côté ceux qui ont appris et de l’autre le grand public:
Quand j’ai débuté dans l’informatique, les seuls manuels qu’on trouvait étaient des livres papier qu’il fallait souvent acheter ou emprunter à un ami car on ne trouvait pas de tels ouvrages dans les bibliothèques classiques. Si on avait besoin d’aide à moins d’avoir un ami/collègue calé ou d’être étudiant et de pouvoir demander à un prof, il fallait se débrouiller seul.

Maintenant, il y a internet, on y trouve des manuels, des tutoriels, des exemples, on peut copier/coller, on trouve même des machines virtuelles avec les environnements préinstallés pour débuter facilement. Il y a des forums, et des vidéos en ligne aussi bien pour les tutos que pour les vulgarisateurs. Ces derniers m’ont permis de m’intéresser à pas mal de sujets complexes que je n’aurais probablement jamais abordés…

Donc au contraire, l’information est bien plus accessible qu’avant et il y en a pour tous les niveau (évidemment, dans toute cette masse d’info, il y a beaucoup d’info de mauvaise qualité et ce n’est pas toujours simple de trouver la bonne source quand on débute sur un sujet).
Le problème c’est que peu de gens prennent la peine de s’intéresser à un sujet… A notre époque, les gens veulent tout, tout de suite, c’est pour cela que les pièges à clics et la désinformation fonctionnent si bien. Or il n’y a pas de secret, pour apprendre, il faut s’intéresser et non survoler, il faut investir un minimum de temps pour apprendre/comprendre un sujet.

Salute ,

Tout à fait d’accord avec toi, je pense que mon article manquait de clarté. Ce que je voulais dire c’est qu’à l’heure d’aujourd’hui ce qui est publié sur les blogs autour de GNU/Linux et du Libre n’est pas très grand public, ça devient niveau avancé voire pro. Il y a encore quelques années les publications étaient davantage grand public.

Tcho !

Le problème que je remarque souvent dans les communautés GNU/Linux c’est que des « experts » (souvent autoproclamés) sont très méprisants envers les « n00bs » et ça c’est vraiment regrettable.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.