Wikipédia et le sabotage du travail des bénévoles

Je viens de lire cet article d’Oliver Berruyer qui explique qu’une adresse IP du journal Le Monde a été bannie de Wikipédia pendant 9 mois. En cause, un journaliste à la mors-moi-le-nœud qui, tout génie qu’il est, voulait prouver — comme c’est original ! Il doit être le premier ! — que la nature collaborative de Wikipédia en fait une source non-fiable de renseignements. Comment a-t-il procédé ? Ben, il a modifié un article pour y introduire des éléments factuellement faux et voir en combien de temps ils étaient corrigés.

Ça s’appelle du sabotage.

Je pense que toutes les lycéennes et lycéens de ma génération ont eu, au moins une fois dans leur scolarité un prof un peu con-con sur les bords qui a souhaité démontrer la même chose à ses élèves en reproduisant la même expérience. Et Wikipédia est devenue experte en détection de ce genre de fraude qui, comme le précise un des administrateurs de Wikipédia, coonstitue une grande part des fraudes détectées par l’organisation :

Alors j’ai une question à poser à ce genre de glands : vous vous croyez malins quand vous faites ce genre de merdes !? Ça vous amuse de saboter le travail long et méticuleux de centaines voire milliers de bénévoles !? Pendant que certains essaient de construire un monde meilleur en rendant le savoir de l’humanité un peu plus accessible, et sans rien demander en retour, ça vous excite de venir piétiner le château de sable pour prouver qu’il était fragile !? Ne pensez-vous pas que vous seriez plus utiles à contribuer à l’amélioration de l’encyclopédie plutôt que de pointer ses faiblesses !?

Alors si, en vous posant ces questions, vous ne vous sentez pas un peu gueux, j’ai un argument tout mathématique à vous donner pour vous prouver que Wikipédia est, en moyenne plus riche et plus factuelle que n’importe quelle encyclopédie ayant pignon sur rue : elle est lue chaque jour par plus de gens que n’importe quelle encyclopédie n’a jamais été lue dans toute son existence.

Et si autant de gens peuvent introduire des erreurs dans l’encyclopédie, ça signifie aussi que tout autant de gens peuvent aussi en corriger. Et ça fait un sacré paquet de corrections potentielles. Bien plus que n’importe quelle autre encyclopédie n’en aura jamais. Il est mathématiquement impossible que Wikipédia soit en moyenne moins fiable qu’une encyclopédie papier. Alors bien sûr, ça ne remplace pas l’esprit critique. Ça ne dispense pas de vérifier les sources — que Wikipédia, elle, a au moins la correction d’afficher… — et de les recouper. Mais plutôt que d’apprendre aux gamins que Wikipédia n’est pas une source fiable, ne serait-il pas plus productif d’apprendre ça aux gamins ?

Mais, à l’instant, je me faisais une réflexion. Il est assez étrange que ce genre de critiques et les démonstrations accompagnantes semble presque toujours venir de ceux qui, dans l’ancien monde — celui d’avant internet — étaient les prescripteurs monopolistiques du savoir : essentiellement les profs et les journalistes.

Se pourrait-il que ces gens se sentent menacés par Wikipédia ?

Déjà 8 avis pertinents dans Wikipédia et le sabotage du travail des bénévoles

M’ouais.

Les sources fiables ça n’existe pas, pas même Wikipedia.

La vérité peut être approchée en fonction de l’énergie qu’on est prêt à y consacrer en recoupant des sources.

Quand il s’agit de sujets techniques ou qui font consensus, pas de problème.

Par contre dès qu’on commence à attaquer des sujets politiques et/ou polémiques, partir du principe que Wikipedia est fiable, hum…

J’ai contribué un peu au début, à propos d’un véhicule peu courant sur lequel j’estimais avoir une bonne expérience.

J’ai arrêté car mes contributions étaient systématiquement qualifiées d’arguments d’autorités et effacés.

La ou les personnes qui exerçaient ces suppressions préféraient s’en tenir à un manuel du constructeur de la première heure qui comportait des erreurs connues de tous les conducteurs de cet engin.

Personnellement, je trouve que l’action n’est pas si mauvaise que ça et que l’on se trompe complètement de question.

La question posée par Pierre Barthélémy (et qui n’est reprise ni ici ni dans l’article cité) est : quelles mesures doit prendre Wikipédia pour éviter ce genre ce cas ?
Il est très loin de dénigrer Wikipédia ou de vouloir mettre en doute sa validité. D’ailleurs le sujet de son expérience est très particulier : un médecin antique dont personne n’a entendu parlé et qui n’a certainement aucune influence sur aucune élections en cours aujourd’hui ou demain — et en fin de compte, il a écrit un article correct, sourcé et accepté. Donc bon, Wikipédia est meilleur après qu’avant.

Wikipédia fonctionne très bien pour détecter les faux lorsqu’il s’agit d’articles très lus. Je serais très étonné qu’il y ait des fautes factuelles sur
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mahomet
surtout que la page de discussion n’en mentionne pas. Clairement si j’écris sur la page de Mahomet qu’il préconisait le revenu universel, ça ne resterait pas longtemps sur Wikipédia.

Je crois que Pierre Barthélémy a agit comme ces journalistes qui passent les détecteurs de métaux des aéroports avec des lames de rasoir ou les militants de Greenpeace qui vont grimper sur les centrales nucléaires : il passe en force pour montrer une faille du système de sécurité. Dans cette optique, il est bien dans son métier de journaliste.

Promouvoir la vérité passe aussi par mettre le doigt là où ça fait mal, et mettre en évidence les endroits mal sécurisés. Sa démarche est très loin de celles des profs qui mettent une fausse page sur un sujet de travail donné aux élèves dans le but de les planter. Et d’ensuite éructer contre Wikipédia.

Tout au contraire, Pierre Barthélémy a dévoilé le coup sur la page de discussion d’un administrateur d’emblée avec la question : comment peut-on éviter ça ? Et la réponse est claire : «Mais il n’y a pour ainsi dire aucune chance qu’un vandalisme aussi bien fait que le vôtre soit détecté : sur un sujet tel qu’un savant grec de l’Antiquité, un canular peut rester un an voire plus sans que personne ne s’en aperçoive. »
Qu’on le veuille ou non, Wikipédia a un problème de ce côté. Cela dit, je ne crois pas que ce soit un problème tellement grâve.

Enfin, je le répète : son intention n’était pas de dénigrer Wikipédia. Je le cite :
«
Il aurait ainsi été très facile, au bout de trois jours, de me gausser en braillant que Wikipédia n’est pas fiable (ce que je ne pense globalement pas).
»

J’avoue que je n’ai pas lu l’article de Pierre Barthélémy. Mais je suppose que s’il s’est fait bannir, ce n’est pas parce qu’il a pu mettre en évidence la possibilité d’introduire sans détection des faux correctement ciselés. Si l’on en croit l’admin de Wikipédia, non seulement son action a duré plusieurs mois, mais a touché plusieurs articles sur le site. Et ses actions n’ont pas été si indectables que ça si l’on en croit l’admin de Wikipédia… puisqu’il a été détecté !

Ça ne change rien à mon point de vue : ça reste du sabotage. Je ne vois pas l’intérêt de démontrer la possibilité d’insérer des faux minutieux dans Wikipédia. C’est tout aussi possible, avec un peu de hacking social, d’insérer ce genre de faux dans un journal ou dans une véritable encyclopédie. Mais qui irait le faire, à part un journaliste en mal de reconnaissance !?

« Je ne vois pas l’intérêt de démontrer la possibilité d’insérer des faux minutieux dans Wikipédia. »

Moi je vois l’intérêt. Il est expliqué dans l’article de Pierre Barthélémy. Et ce n’est pas du tout du mal de reconnaissance. Il a obtenu plusieurs prix de type «meilleur blog de l’année»; donc bon, la reconnaissance, ça ira pour lui :)

Internet est fragile et ça on n’y peut rien… Fragile et résistant à la fois car l’humain lui donne vie. Il est son miroir de

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.