Deux ans de Journal du hacker

La semaine dernière nIQnutn a publié un article intitulé « Le journal du hacker : le site du n’importe quoi ». Je vais revenir aujourd’hui sur le sujet. Quelques précisions : Je suis un gros contributeur du Jdh, j’y suis modérateur et inscrit depuis plus de 2 ans. Je parle en mon nom propre et pas au nom de l’équipe du Jdh, c’est d’ailleurs pour cela que je poste cet article sur mon blog.

Agrégateur

J’aime bien citer le A propos du Jdh pour expliquer les grandes lignes de son objectif : « Le Journal du hacker a pour ambition de présenter l’activité des hackers francophones, du mouvement du Logiciel Libre et open source en langue française, mais aussi des startups et du mouvement entrepreunarial de la communauté francophone. »

Dans les faits les contributeurs « suivent » un nombre important de sources (sites, blogs, réseaux sociaux, podcasts…) et lorsque cela correspond aux thèmes abordés par le Jdh alors certaines « infos » sont remontées et soumises sur le Jdh. Le Jdh rassemble, présente, met en valeur et en lumière certains contenus. C’est un agrégateur communautaire et participatif. Il permet de découvrir de nouvelles sources d’infos : Un nouveau blogueur, un article intéressant, un podcast sympa. Le Jdh ne crée/publie pas d’articles, il ne vise pas à remplacer les sites/blogs/services existants.

Différents moyens d’utiliser le Jdh

Le Jdh offre de très nombreux moyens de traiter et trier les informations remontées :

  • Il y a tout d’abord la page d’accueil mêlant contenu récent et contenu apprécié par les contributeurs via leurs votes
  • Il y a la page newest (RSS) qui affiche les dernières infos soumises par ordre chronologique
  • On peut suivre la publication des articles via RSS, Twitter ou Diaspora*
  • On peut suivre uniquement les marques (tags) qui nous intéressent par RSS exemple Conteneurs, il suffit pour cela de se rendre sur Filtres, de cliquer sur une marque et de rajouter .rss sur l’URL ainsi https://www.journalduhacker.net/t/linux devient https://www.journalduhacker.net/t/linux.rss afin de suivre cette marque par RSS
  • En tant qu’utilisateur inscrit on peut filtrer les marques qui nous intéressent pour afficher uniquement certaines marques sur la page d’accueil
  • On peut utiliser le moteur de recherche
  • En dernier recours si aucune de ces méthodes ne convient le moteur du Jdh est basé sur un logiciel libre et on peut télécharger sa base de données générée chaque jour

Les possibilités de lobste.rs et l’équipe du Jdh ont rendu le Jdh suffisamment souple et hackable pour que chacun puisse y trouver son compte.

Des communautés

Carl avait fait un excellent article sur les communautés du Libre. Le Jdh a actuellement 446 utilisateurs inscrits (donc des contributeurs potentiels), plus de 3000 followers sur Twitter et plus de 470 sur Diaspora*. Le public du Jdh est composé de techniciens, sysadmins, développeurs, hackers, curieux, libristes, sympathisants et utilisateurs du Libre et de GNU/Linux. Il s’adresse à un public francophone (Français, Belge, Africain, etc.) peu importe leurs connaissances et leurs niveaux. Enfin il met en lumière, il fait la promotion des différents acteurs des communautés : Blogueurs, entrepreneurs, développeurs, etc.

Il n’est pas destiné aux techniciens et aux professionnels mais à tous. Il y a un maître mot à comprendre ici, diversité. Un débutant ne verra aucun intérêt à des articles de développeur, un Africain n’a pas les mêmes problématiques et moyens qu’un Européen, un curieux s’intéressera à tout, un entrepreneur appréciera le coup de projecteur. Toutes ces personnes utiliseront le Jdh différemment, certains survoleront les infos sur Diaspora*, d’autres feront une veille active en suivant certaines marques via RSS, personnellement je me rends essentiellement sur newest.

C’est une volonté forte et assumée de l’équipe du Jdh de s’adresser à tous, à ce sujet relire l’article de Carl Journal du hacker et francophonie. Par conséquent il n’y aura jamais une communauté ou des sujets/thèmes davantage favorisés que d’autres sur le Jdh.

Miroir

Le Jdh en tant qu’agrégateur ne crée pas d’articles. Certains utilisateurs se plaignent de ne pas voir suffisamment d’articles sur certains sujets/thèmes. Il y a par exemple actuellement 30 articles avec la marque « centos » et 299 avec la marque « debian ». Il y a 44 articles avec la marque « bsd » mais plus de 532 pour « linux ». Les personnes qui contribuent à remonter des infos sur le Jdh n’ont certainement pas une dent contre CentOS ou BSD. Le Jdh reflète simplement les contenus créés par les différentes communautés. Plus de personnes parleront de CentOS, plus il y aura d’articles sur CentOS sur le Jdh.

Tri et modération

Pour information un article soumis sur le Jdh n’est envoyé sur Diaspora*, Twitter, la page d’accueil et le flux RSS principal du Jdh qu’à partir de deux votes sur l’article.

Une critique récurrente porte sur le tri des infos soumises sur le Jdh : Trop d’infos sont remontées, certaines ne sont pas de qualité, trop courtes, pas assez claires/explicites/vérifiées. La valeur d’une information, la qualité d’un article sont très difficiles à définir et quantifier. Nous n’y arriverons pas. Le Jdh a des limites et des défauts. En se voulant accueillant, en prônant la diversité, le Jdh se cogne à un plafond de verre. Exiger une certaine « qualité » (qu’il faudrait définir au plus près et au mieux pour modérer et soumettre correctement des infos sur le Jdh), c’est d’abord choisir une communauté avant une autre puis exclure certaines personnes à cause de leurs niveaux, leurs connaissances, les thèmes abordés, la longueur de l’article ou des qualités rédactionnelles.

J’ai actuellement remonté plus de 3700 articles sur le Jdh et j’assume la totalité des articles que j’ai remonté. Je fais des choix, je fais du tri. Pas assez, trop, sur quels critères ? Me demander de les définir n’a aucun sens pas plus que définir ensemble des critères objectifs de tri. Mon « vote » compte pour 1, je n’ai pas plus de « poids » qu’un autre utilisateur sur le Jdh. La modération est simple (simpliste ?) : 1/ Le thème rentre dans le cadre du Jdh 2/ Il n’y a pas d’embrouilles (un article copier/coller de chez quelqu’un d’autre par exemple, article en doublon sur le Jdh). Alors ça sera publié.

Je lis régulièrement des articles que je ne remonte pas sur le Jdh et que je vois finalement soumis par d’autres contributeurs du Jdh. Je dois me remettre en question, questionner mes centres d’intérêt, tout remonter ? Non ce sont mes choix personnels, que j’assume et en cela je respecte le A propos du Journal du hacker : « une vraie communauté responsable ». Le dernier article en date que je n’ai pas remonté c’est l’article le plus voté de la semaine dernière ! Le fonctionnement du Jdh ne se base pas sur la perfection de l’objectivité et du jugement de chaque contributeur du Jdh mais sur la résilience de sa communauté. Je fais une connerie, quelqu’un passe derrière. Plus il y aura de contributeur, plus il y aura de votes et de commentaires sur un article, plus fin sera le tri.

Une remarque cependant, le Jdh est un outil participatif qui s’appuie sur ses contributeurs pour trier, voter, commenter. Avant d’avoir un tri pertinent et réclamé par de nombreuses personnes… il faut trier. Il faut que certains le fassent en acceptant de « perdre » de leur temps en lisant de nombreux articles « non triés » et « pas intéressants », il n’y a aucune automatisation pour le faire. Exiger un tri pertinent, c’est exiger que quelqu’un d’autre le fasse à votre place. Si vous ne voulez pas contribuer à trier et « perdre » de votre temps, vous placez le curseur et la critique au mauvais endroit, c’est au paragraphe sur les différents moyens d’utiliser le Jdh qu’il faut se rendre.

Désaccord

La semaine dernière j’ai remonté un article de Tanéléo. Je l’ai remonté car j’ai trouvé certaines de ses idées intéressantes. L’article a fait un beau score sur le Jdh, je l’ai donc remonté dans les 5 articles de la semaine 04 sur le blog du Jdh.

Pourtant, et c’est très important de le comprendre, je ne suis pas d’accord avec l’article. Pourtant, et c’est très important de le comprendre, je remonterais l’article sur le Jdh 10 fois, 100 fois, 1000 fois. Pourquoi ? Certaines personnes sont d’accord avec l’article. Certaines personnes trouvent l’article intéressant. Les votes sont là pour le démontrer. On peut être en désaccord avec l’article mais avoir suffisamment de recul pour trouver certains arguments intéressants.

Le Jdh n’a pas pour but de juger si l’article a raison ou tort mais de présenter, mettre en valeur et en lumière certains contenus. L’article a reçu 7 votes et 4 commentaires sur le Jdh, 7 commentaires sur Diaspora* et 40 commentaires (en comptant l’auteur) sur l’article. Le Jdh a parfaitement rempli son rôle.

On peut évidemment être en désaccord avec un article mais il est important d’écouter et de laisser sa place à la critique ainsi qu’à d’autres manières de voir les choses.

Solutionnisme technologique

Suite à l’article de nIQnutn l’idée d’un bouton de downvote (voter négativement) a été reprise dans les commentaires du Jdh. Je ne sais pas d’où vient cette idée qu’un bouton ou une pirouette technique va solutionner des problèmes bien humains. Il y a 3000 followers sur Twitter, 446 utilisateurs inscrits et la moyenne des articles les plus votées doit tourner à 8. Je vous laisse faire le calcul de combien de personnes veulent participer et votent.

Il n’est pas question de dire que le bouton de downvote est une mauvaise idée mais de dire que le problème est bien humain avant d’être technique. Personnellement je suis très fier de l’équipe du Jdh et j’apprécie énormément la communauté autour de cet outil. Cependant nous ne sommes pas mieux lotis que de nombreux autres projets, peu de contributeurs. A mon sens l’outil offre de quoi amener l’utilisateur à contribuer : Gamification avec des points si on remonte des articles ou si on fait des commentaires, possibilité d’échanger dans les commentaires ou via messagerie interne, contributeurs sympas et respectueux, communauté responsable et modération cool.

Il faut du temps, il faut être patient, la communauté autour du Jdh va continuer à grandir et davantage de contributeurs arriveront. L’équipe du Jdh est sensible à ce sujet et guette les contributeurs importants/motivés. Plus nous serons nombreux, plus l’équipe du Jdh et sa communauté seront résilients, plus les idées de chacun pèseront dans les choix et l’avenir du Jdh.

Le Jdh, un outil parfait ?

Évidemment non. Comme tout outil il a des défauts et des limites qu’il faut percevoir et accepter. Le Jdh ne répond pas aux besoins de tout le monde mais il est suffisamment souple et hackable pour contenter la majorité.

J’ai essayé d’expliquer le fonctionnement, le but et les réflexions que traversent le Jdh dans cet article. Moi-même j’ai des critiques à formuler sur cet outil. Je le trouve bien trop abrupt pour les débutants et sympathisants du Libre cherchant juste à s’informer et pas à faire de la veille professionnelle. J’ai conscience que la majorité des contributeurs qui poussent le Jdh sont des professionnels. Devrions-nous abandonner notre volonté de diversité ?

Je pense également que l’équipe du Jdh est trop présente dans les infos soumises, nous devrions lever le pied pour que d’autres contributeurs trouvent leur place. Certains sortiront alors du lot, cela rendra le Jdh plus résilient à l’absence des membres de son équipe.

Il est peut-être également temps de revoir à la hausse le nombre de votes faisant passer un article en page d’accueil et l’envoyant sur Diaspora*, Twitter et le flux RSS principal.

Je pense que le plus important c’est de comprendre que le Jdh n’est pas l’outil principal que vous devez utiliser, c’est un outil complémentaire. Il vous permet de « découvrir » des contenus que vous ne connaissiez pas. Il faut « piocher » une info qui semble intéressante dedans et accepter que ça soit du temps perdu si la pêche est mauvaise. Qui d’autre que vous peut définir la qualité d’un article, les thèmes qui vous intéressent, une astuce/application que vous ne connaissiez pas ? Il faut accepter le risque car c’est là que naît la découverte et la bonne surprise.

Déjà 11 avis pertinents dans Deux ans de Journal du hacker

Sur la qualité d’un article, il y a évidemment des critères.
Un article très court peut être très intéressant, tout comme un article long peut être vide de sens.
Après, quand un article essaie de s’appuyer sur un argumentaire en mélangeant tout, ça se voit.
Cela dit, se reposer uniquement sur la notion de qualité aurait probablement un aspect élitiste et on se priverait de (futur) talent.
Certains ont aussi de gros problèmes pour rédiger en français, pour autant, ils peuvent avoir des idées intéressantes à faire partager (ça se voir fréquemment sur certains forums). Certains écrivent très bien et d’autres ne sont pas à l’aise et ça ne devrait pas être le seul critère discriminant.

Globalement, l’essentiel a été dit et il faudra augmenter le nombre de participants actifs du jdh.
D’abord pour diversifier nos sources, ensuite pour valoriser le contenu le plus intéressant.
Par contre, on sait que certains sujets vont intéressés/attirés un très grand nombre avec des titres racoleurs et sur certains thèmes.
A l’inverse, un article très apprécié mais sur un domaine technique avec un public restreint sera finalement jamais mis en avant.
Sans système de downvote, on se retrouvera fatalement dans un jdh ou les articles grands publics, même de faible qualité, auront plus de visibilité que certaines thématiques.
Ce système aurait au moins l’avantage de favoriser cette diversité.

Si on suit ton raisonnement et que le contrôle est difficile lors de l’ajout d’un nouveau lien (je te rejoins en partie là dessus), il faudra se donner les moyens de faire un contrôle a posteriori. Cela passera évidemment par un communauté plus active pour voter mais je pense également qu’un système de downvote sera nécessaire.

    Salute,

    Déjà merci pour ton commentaire et les arguments avancés. Oui c’est clair que l’augmentation du nombre de participants va favoriser la diversification et valoriser le contenu. J’ai envie de dire que mécaniquement ça va améliorer les choses. Je suis beaucoup moins d’accord sur le système de downvote mais nous allons y revenir dans un billet sur le blog du Jdh. On a commencé à parler de tout ça dans l’équipe.

    Au final notre principal défaut a été de ne pas suffisamment expliquer et communiquer. On va changer certaines choses rapidement.

    Tcho !

Merci encore pour cette belle initiative qu’est le JDH ! J’aime l’ouverture d’esprit dont vous faites preuve. Ce n’est pas très courant chez les libristes. Bises.
    Merci Denis, je suis en train de voir pour te commander un costume de Pom-pom girl aux couleurs du Jdh ;)

    Merci encore, Tcho !

Pour la gamification c’est un peu light, j’avoue ne m’en être rendu compte qu’après avoir lu qu’il y avait le karma (j’ai lu ça sur le blog je crois) !
    Salute,

    Oui c’est clair que c’est light mais ça a le mérite d’exister. Je n’ai pas vu beaucoup plus poussé sur d’autres sites, si tu as des liens je suis preneur.

    Merci, Tcho !

À noter qu’on a toujours pas accès aux sources à jour malgré les beaux discours. Un dépôt github et pas un gitlab poussiéreux, c’est si compliqué ?
Pour moi le fait d’accepter tout ce qui est proposé d’office est un problème.
Certains articles n’ont clairement pas leur place mais tant que celui qui le remonte ne le sait pas, il continuera à le faire. Après, ce n’est pas à une personne de dire si oui ou non un article doit ou ne doit pas être remonté.
Le système de downvote y aiderait.

Le fait de ne pas avoir de critère et de dire que c’est à la communauté de faire remonter ce qui l’intéresse permet l’ouverture et la diversité mais ça peut aussi mener au grand n’importe quoi comme certains l’ont fait savoir.

    Salute,

    Pour moi le fait d’accepter tout ce qui est proposé d’office est un problème => On est large mais il faut que ça rentre dans les marques proposées par le Jdh et dans le cadre du A propos, on n’accepte pas tout.
    tant que celui qui le remonte ne le sait pas, il continuera à le faire => Oui enfin il y a les modérateurs et la possibilité d’échanger avec la personne pour lui expliquer via la messagerie interne. Je l’ai déjà fait personnellement 2-3 fois

    Concernant le sujet de downvote, je vais écrire un article sur le blog du Jdh en mars au plus tard.

    Tcho !

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.