Mortifère

J’avais dit que j’allais arrêter de bloguer pendant un moment. C’est ce que je suis en train de faire. On pourrait croire que je continue de bloguer normalement alors qu’en réalité j’expédie mes derniers articles et termine mes réflexions. Une fois que ce sera fait j’arrêterai de bloguer.

J’apprécie réellement bloguer et j’apprécie surtout toutes les personnes que ça m’a fait côtoyer : A1, Cyrille, Augier, Damien, Laurent, Carl, Tintouli, Cloug, Cep, alterlibriste, David et tant d’autres dont les lecteurs. Pour autant le blogging reste un outil avec ses qualités et ses défauts. Aujourd’hui je lui trouve encore davantage de qualités que de défauts en revanche je trouve bien davantage de défauts que de qualités au net.

Mon Internet est mort. Je vous avoue ne pas bien comprendre ce que nous y faisons tous encore. Pourtant être sur le net c’est un non-sens. On est contre la surveillance… bah arrêtons simplement d’être sur le net. On en a marre de la publicité, du profilage, du tout argent… bah arrêtons simplement d’être sur le net.

Le modèle d’affaires du web c’est la surveillance, on pense tout de suite étatique (NSA, terrorisme, etc.) mais c’est également et surtout comprendre ce qui nous intéresse, suivre nos achats et notre surf, prévoir nos besoins, filtrer nos désirs et nos peurs pour vendre. Il y a une incohérence profonde à accepter que le modèle d’affaire du web c’est la surveillance, lutter contre mais être dessus quand-même.

Moi en ce moment c’est juste que je ne peux plus, le net me donne envie de vomir, c’est le dégoût, le rejet. Voir autant de bêtises, de haine, de désinformation, voir ce que les entreprises et les états sont en train d’en faire.

Que reste-t-il à sauver du net ? La pomme est trop pourrie, il faut la jeter et repartir de zéro de toute urgence. Il y a déjà des projets en ce sens (IPFS, Tahoe-LAFS). Si on n’arrive pas à proposer une alternative alors on aura probablement créer le plus grand outil de surveillance de l’Histoire de l’humanité.

Certains pensent que Tor les protège. Le simple fait que Tor soit le dernier des outils qu’il nous reste pour se « cacher » montre à quel point nous sommes acculés. Combien de temps cet outil et les hommes qui le maintiennent vont tenir face à des forces étatiques, face aux lois qui seront votées, face à la peur (terrorisme et autres excuses) ? Le chiffrement sera-t-il mis à mort d’un point de vue légal ou en imposant des backdoors en 2017 ? La neutralité du net va-t-elle tenir avec Trump ?

Les choses ne s’améliorent pas, elles empirent à une vitesse effarante.

Au final je souscris à cette phrase « Il importe de faire le monde que nous voulons, beaucoup plus que de lutter contre le monde que nous ne voulons pas ». Je ne vois plus d’avenir au web, c’est un outil mortifère alors j’arrête. Je ne vais pas arrêter d’y surfer mais j’arrête d’y être. Je ne vais plus participer à le faire vivre, à le faire grossir, je souhaite sa mort la plus rapide possible pour repartir sur des bases saines et fécondes.

Nous avons oublié ce qu’était le net, ce qu’il aurait dû être, ce que certains voulaient qu’il soit. Il n’était pas à la merci des lois, à la merci des entreprises, de la propagande et de la censure. C’était autre chose, quelque chose de nouveau, quelque chose porteur d’espoir.

Où allons-nous aujourd’hui ?

Déclaration d’indépendance du cyberespace de John Perry Barlow

Gouvernements du monde industrialisé, géants fatigués de chair et d’acier, je viens du cyberespace, le nouveau domicile de l’esprit. Au nom du futur, je vous demande, à vous qui appartenez au passé, de nous laisser en paix. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez aucune souveraineté sur le territoire où nous nous assemblons.

Nous n’avons pas de gouvernement élu, et il est peu probable que nous en ayons un un jour : je m’adresse donc à vous avec la seule autorité que m’accorde et que s’accorde la liberté elle-même. Je déclare que l’espace social global que nous construisons est naturellement indépendant des tyrannies que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez aucun droit moral à nous gouverner, et vous ne possédez aucun moyen de faire respecter votre autorité que nous ayons de bonnes raisons de craindre.

Les gouvernements trouvent le fondement de leur pouvoir légitime dans le consentement des personnes qu’ils gouvernent. Vous n’avez ni sollicité ni obtenu le nôtre. Nous ne vous avons pas invités. Vous ne nous connaissez pas, et vous ne connaissez pas non plus notre monde. Le cyberespace ne se trouve pas à l’intérieur de vos frontières. Ne pensez pas que pouvez le construire comme s’il était un de vos Grands Travaux. Vous n’y arriverez pas. C’est un phénomène naturel qui croît de lui-même, par nos actions collectives.

Vous n’avez pas pris part aux grands débats qui nous ont réunis, et vous n’avez pas non plus créé la richesse de nos marchés. Vous ne connaissez ni notre culture, ni notre éthique, ni les codes non-écrits qui ordonnent déjà notre société mieux que ne pourraient le faire n’importe lequel des règlements que vous prétendez nous imposer.

Vous dites qu’il existe chez nous des problèmes que vous devez résoudre. Vous prenez prétexte de cela pour faire intrusion dans notre espace. Beaucoup de ces problèmes n’existent pas. Là où il y aura de véritables conflits, là où des torts seront effectivement causés, nous les identifierons et nous les traiterons avec nos moyens. Nous sommes en train de mettre en place notre propre Contrat Social. Nous nous gouvernerons en fonction des conditions qui prévalent dans notre monde, pas dans le vôtre. Car notre monde est différent.

Le cyberespace est fait de transactions, de relations et de pensée, circulant en un flot ininterrompu sur nos canaux de communication. Notre monde est à la fois partout et nulle part, mais il ne se trouve pas là où vivent les corps.

Nous sommes en train de créer un monde ouvert à tous, sans privilège ni préjugé qui dépende de la race, du pouvoir économique, de la puissance militaire ou du rang à la naissance.

Nous sommes en train de créer un monde où chacun, où qu’il soit, peut exprimer ce qu’il croit, quel que soit le degré de singularité de ses croyances, sans devoir craindre d’être forcé de se taire ou de se conformer.

Les concepts de votre droit en matière de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement et de circonstances ne s’appliquent pas à nous. Ils ont leur fondement dans la matière, et il n’y a pas de matière ici.

Nos identités n’ont pas de corps : donc, contrairement à vous, nous ne pouvons pas faire régner l’ordre au moyen de la force physique. Nous pensons que c’est à travers l’éthique et l’intérêt bien compris de chacun et de la communauté dans son ensemble que va surgir notre mode de gouvernement. Nos identités sont probablement dispersées à travers un grand nombre de vos juridictions. La seule loi que toutes les cultures qui nous constituent seraient prêtes à reconnaître est la Règle d’Or de l’éthique. Nous espérons que nous serons capables de construire nos propres solutions sur cette base. Mais nous ne pouvons pas accepter les solutions que vous essayez d’imposer.

Aux États-Unis, vous venez aujourd’hui de créer une loi, la loi sur la réforme des télécommunications, qui renie votre propre Constitution et qui est une insulte aux rêves de Jefferson, Washington, Mill, Madison, Tocqueville et Brandeis. C’est nous qui devons maintenant faire renaître ces rêves.

Vous avez une peur panique de vos propres enfants, car ils sont nés dans un monde où vous serez à jamais immigrants. Parce que vous avez peur d’eux, vous confiez à vos bureaucraties les responsabilités parentales que vous êtes trop lâches pour exercer vous-mêmes. Dans notre monde, tous les sentiments et toutes les expressions de l’humain, du plus dégradant au plus angélique, font partie d’un tout inséparable, l’échange global des octets. Il n’est pas possible de séparer l’air qui peut éventuellement étouffer certains de ceux qui le respirent de celui qui permet aux oiseaux de voler.

En Chine, en Allemagne, en France, en Russie, à Singapour, en Italie et aux États-Unis, vous essayez de tenir à l’écart le virus de la liberté en érigeant des postes de contrôle sanitaire aux frontières du cyberespace. Peut-être que ceux-ci empêcheront la contagion un certain temps, mais ils ne fonctionneront pas dans le monde de l’omniprésence des médias transporteurs d’octets.

Vos industries de l’information, de plus en plus obsolètes, cherchent à se perpétuer en proposant des lois, en Amérique et ailleurs, qui ont la prétention de confisquer à leur profit jusqu’à la parole même à travers le monde. Ces lois cherchent à transformer les idées en un produit industriel comme les autres, au même titre que les lingots de fonte. Dans notre monde, tout ce que l’esprit humain peut créer peut être reproduit et distribué à l’infini sans que cela ne coûte rien. Le transmission globale de la pensée n’a plus besoin de vos usines pour se faire.

Ces mesures de plus en plus hostiles et colonialistes nous placent dans la même position que les amoureux de la liberté et de l’auto-détermination qui lors d’époques précédentes ont dû rejeter l’autorité de pouvoirs distants et mal informés. Il nous faut déclarer que nos identités virtuelles ne sont pas soumises à votre souveraineté, alors même que nous continuons à consentir à ce que vous gouverniez nos corps. Nous allons nous disperser sur toute la planète de manière à ce que personne ne puisse arrêter nos idées.

Nous allons créer une civilisation de l’esprit dans le cyberespace. Puisse-t-elle être plus juste et plus humaine que le monde qu’ont construit vos gouvernements auparavant.

Davos, Suisse, le 8 février 1996 (La déclaration originale en Anglais chez l’EFF, pour en savoir plus sur Wikipédia).

Déjà 23 avis pertinents dans Mortifère

    Mais tu es un monstre ! Tes commentaires sont tellement expéditifs qu’on comprend à peine ce que tu veux dire.

    Enfin bon merci pour la rigolade et je suppose que tu voulais dire que je ne tiendrais pas 15 jours (je suppose, le langage Bornien m’échappe parfois).

    Tcho !

Allez quatre secondes de déconstruction : je suppose que tu as supprimé l’intégralité des comptes auxquels tu participes : journal du hacker, planet libre etc … Parce que si le web c’est de la merde, ce web là en fait aussi partie, tout comme mon blog, celui d’alterlibriste et quelques autres encore. Pour te paraphraser : Il importe de faire le monde que nous voulons, beaucoup plus que de lutter contre le monde que nous ne voulons pas. Ben c’est ce que je fais tous les jours, comme mes camarades. Alors que la masse de SMS est en baisse au profit des MMS, que l’écriture disparaît, je fais encore le web que j’ai envie d’aimer de voir et je vais chez les gens qui proposent une situation plus ou moins similaire.

Pour faire plaisir à Didier on va faire une analogie avec la bouffe, personne ne te force à consommer du Mac Do, tu peux très bien cultiver tes légumes dans ton jardin.

Je ne suis absolument pas là pour te convaincre, si tu veux tout couper fais le, mais je pense que tu anticipes une crise de la quarantaine.

    Et ben voilà quand tu veux tu peux argumenter ! Je n’irais pas jusqu’à dire que tu fais des commentaires type Mac Do d’habitude, expéditifs et peu nourrissants hi hi hi.

    Je comprends tes arguments et tu as globalement raison. Comme tu t’en doutes je n’ai pas résilié mes comptes Jdh et PL pour autant cela change-t-il quelque chose à ma réflexion que le web va dans le mur ? Tu dis d’ailleurs la même chose chez toi… Je me réoriente, la vie est une question de priorités et autant j’avais besoin/envie de m’exprimer jusqu’à maintenant autant je ressens le besoin/envie d’intérioriser à présent. J’ai des articles que je n’ai pas lu, des livres à lire, des réflexions à creuser qui étaient jusqu’à maintenant occultés par ma soif de m’exprimer. Il y a un temps pour tout, pour parler et pour se taire. Je sais et je l’ai dit, il faut ralentir mais je ne le faisais pas. Il est temps à présent.

    Tcho et merci de ton commentaire ;)

      ah mais je suis le premier à dire qu’une grosse partie de l’internet c’est de la merde, après libre à moi de fréquenter les endroits qui vont bien ou pas. L’internet c’était clairement mieux avant sauf que c’est comme tout, faut faire avec maintenant.
        Je vais t’envoyer un mail pour éviter de te refaire passer ici 30 fois et pour aller plus loin dans l’échange.

        Tcho !

    Je n’aurais pas mieux dit et d’ailleurs tu verras demain que c’est le fond de ma pensée. Ce n’est pas parce que tout le monde fait de la vidéo que je vais abandonner l’écrit, même pour 3 vieux cons :-P

    Bon après je ne crois pas que ton soit autre chose qu’un peu de cosmétique car on retrouve les mêmes connerie. Je crois surtout que c’est un souci d’éducation. A l’époque des forums j’avais déjà vu venir le problème lorsque le Web est devenu plus grand public. C’était un cauchemar à modérer et animer, sans parler des problèmes d’ego des admins… Ma foi en l’humain est ce qu’elle est et j’en ai aussi une démonstration dans mon service ou on maintient une bonne ambiance mais où ça peut partir en couille si on n’y prend pas garde. Je crois qu’à un moment, quand c’est trop grand ça ne marche plus, mais qu’il faut aussi faire un tri ou éduquer avant.

    J’ai passé l’âge de faire ça… Mais j’ai baissé la voilure pour juste faire ce qui me plaît, sans arrière pensée. Oui, comme dit Cyrille, tu tiendras pas 15 jours…Ou un peu plus. J’en connais qui ont arrêté le blog, mais ils twittent. Bof… C’est l’effet nouvel an mais au fond, tu reviendras sous une forme ou une autre mais de plus en plus limitée.

    Allez on tient le pari?

    I agree with M. Borne.

    A nous de cultiver notre jardin, à l’écart du caniveau du net (Facebook, Google…).

Non, moi je suis sûr que tu peux tenir un moment sans bloguer mais ce sont nos boîtes mail risquent d’en pâtir et Cyrille commence déjà à en faire les frais, pauvre de lui !
Plus sérieusement, internet appartient à ceux qui le construisent, si ceux qui ont des choses intéressantes à dire et à montrer abandonnent, ça n’améliorera pas les choses.
Pour changer d’exemple de celui de la vie qui ne t’a pas plu, si la société ne te convient pas (parce qu’elle est aussi constitué de gens médiocres et mauvais), tu ne sors plus de chez toi, voire tu te retires dans une grottes ?
À la limite une deconnection totale serait une attitude plus crédible, c’est comme si un critique gastronomique voulait arrêter de publier des critiques de restaurants sous prétexte qu’il y a de plus en plus de fast food.
Après, que tu considères que cela te prend trop de temps ou que tu as d’autres choses à faire, OK, on ne demande pas non plus une cadence infernale mais je ne pense pas que le blog soit ce qui te prend le plus de temps.
    Je suis trop gentil avec toi, je devrais assiéger ta boite mail pour te faire taire ! hi, hi, hi

    internet appartient à ceux qui le construisent –> Tu es dans le déni ou tu essaies d’être trop sympa sans avoir d’arguments qui font mouche. La neutralité du net se joue politiquement aux USA. Les communications sont surveillées par les services secrets de nombreux pays. L’ICANN s’est émancipé péniblement du contrôle américain. Internet n’appartient certainement pas aux internautes et le modèle d’affaire du web c’est la surveillance.

    « arrêtons simplement d’être sur le net » surtout si on n’est pas d’accord avec ce que c’est devenu.

    Tcho !

Je suis entièrement d’accord avec vous. Je suis « obligé » de m’auto-censurer. Cependant, si on abandonne, ils ont gagné. À nous de recréer des espaces et des technologies d’échange.

Le libéralisme nous tuera tous…Attendez la prochaîne crise bourisère, c’est à ce moment que les choses bougeront. Malgrè le discours ambiant, les libéraux ont peur, c’est pour cela qu’ils durcissent leur ton.

Continuez d’écrire, en français, pour défendre notre langue, notre culture, notre pays. N’allez pas voter, ne jouez plus à un jeu dont vous n’acceptez plus les règles. Quand les élus représenteront 50 personnes en France, ils auront perdu.

Courage, amis informaticiens, notre plus gros défaut est de ne pas nous organiser en corporation. Nous sommes les nouveaux ouvriers (à l’instar des ouvriers automobiles des années 70). À la fin du cycle industriel informatique, ils nous jetteront.

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !

    Avec des :
    « Le libéralisme nous tuera tous… »
    et des :
    « (…) les libéraux ont peur, (…) »

    Vous êtes consternant !

    Les mots ont un sens et ne pas les utiliser correctement transforme votre pensée et votre discours en pâté pour chien ou rat, c’est selon, à votre convenance …

      Salute,

      Certains sont passionnés, énervés, engagés. On peut évidemment ne pas être d’accord avec eux ou ne pas apprécier comment c’est dit en revanche ton commentaire est irrespectueux et inutilement agressif. Je te remercie par avance de faire un effort à l’avenir.

      Tcho !

        Ce n’est pas un problème d’être d’accord ou pas d’accord. C’est juste de remettre à la place qu’il convient ces petites phrases qui sont des insultes au mieux, des manipulations au pire (mais bon si tu ne les as pas vues ainsi ;-) )

        La première chose à faire lorsque l’on veut confronter ses idées, opinions, réflexions, arguments c’est de s’assurer que les intervenants ne donnent pas des sens, des concepts différents aux mots. Et toutes discussions voir même toute pensée constructive devient impossible si chacun change le sens des mots, tord les concepts à sa guise.

        Par contre j’adhère totalement à cette proposition de ne plus aller voter pour que le système soit entièrement revu. Mais bon j’ai bien peur que nos chers élites se satisfassent de leur propre voie pour légitimer leur accès à ces fonctions représentatives si généreuses. Mais je suis bien certain aussi que mes attentes ne sont pas celles de bobdinar.

          Yo,

          On a déjà échangé toi et moi, tu m’as l’air quelqu’un de sensé et d’intelligent.

          Ton premier commentaire est exactement le type de réaction qui me fait à présent fuir le web. Je te le dis franchement ça me désole. bobdinar se pointe et dit ce qu’il a sur le cœur sans autre prétention que de s’exprimer. Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit mais il fait de mal à personne, je laisse son commentaire. Là-dessus tu arrives et tu le traites de con ou « votre pensée et votre discours en pâté pour chien ou rat ».

          Ta remarque était irrespectueuse et inutilement agressive, tu penses qu’après ça tu vas permettre le débat, améliorer le dialogue ? bobdinar n’était justement pas dans le débat mais dans la réaction. Même si je suis d’accord avec toi sur la nécessité d’utiliser les bons mots, je sais également qu’il faut une vie pour connaitre le sens des mots et correctement les utiliser.

          Désolé de faire le mec qui te fait la morale, je t’invite à être bienveillant plutôt que cassant.

          Tcho !

          Je ne sais pas si je suis intelligent ou sensé, je suis peut-être seulement vieux, au moins dans ma tête :-)

          Tu me trouves cassant et tu relèves dans mon commentaire une remarque qui ne présente aucune ambiguïté c’est sur ! Par contre je trouve qu’il y a quand même un problème avec le commentaire initial, et si ! Il propage des contre-vérités qui finissent par faire mal.

          Car le problème (tout du moins de ce que j’en pense) ce n’est pas mon ton cassant, mais de laisser écrire tout et n’importe quoi sans le relevé. Ce n’est pas tant la violence de certains (très vite reconnaissables au demeurant), mais plutôt l’aspect beaucoup plus sournois de la désinformation (voulue ou non), empêchant toute évolution, toute réflexion fructueuse, qui me ferait fuir le net pour ma part.

          Ma réaction bien qu’épidermique n’attendait pas de réponse personnelle de sa part, mais que ceux qui lirait son opinion, aurait aussi droit à la mienne.

          Et tu es totalement libre de ne retenir des commentaires plutôt que d’autres sans avoir à justifier quoique ce soit, à qui que ce soit.

          Je suis encore tombé dans ce travers https://www.xkcd.com/386/ ;-)

          Salute,

          Tu n’étais en rien obligé de « someone is wrong on the internet » en plus de te dédouaner de ta responsabilité à être irrespectueux et inutilement agressif. Bref on va pas en faire un flan mais en ce qui me concerne c’est ce qui me fait fuir le web maintenant.

          Pour rappel : Polisse

          Tcho !

          Là tu commences à me prêter des intentions et des opinions que je n’ai pas. Ainsi je ne cherche absolument pas à me dédouaner ou me déresponsabiliser.

          La lien vers xkcd je l’ai fait parce que je me reconnaissais assez bien avec le ‘pourfendeur de vérité’ qui tarde à aller se coucher, ce qui ne présuppose aucunement qu’il puisse avoir raison et l’autre tord, ou que le sujet qu’il défend présente un quelconque intérêt.

          Et je crois que tu attaches bien trop d’importance à la forme, sans vraiment t’interroger sur le fond. Enfin au moins dans cette discussion qui nous oppose aujourd’hui.

          Je milite pour ma part, pour un internet libre de toute censure. Que tout un chacun puisse apprécier l’humain dans tous ces défaut et ces qualités. Mais comme dit précédemment l’administrateur des lieux est totalement libre de choisir les commentaires qu’il laissera ou non sur son site.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.