L'importance du contexte et l'effort du lecteur

Un effort de tous les instants et une de mes grosses réflexions en tant que blogueur est d’essayer de me faire comprendre au mieux.

Quand on dit qu’un blogueur veut être lu, on inclut dans “lu” le fait d’être « compris ». Cela parait évident. Pour autant ni “lu” ni “compris” ne sont des évidences sur le net.

Prenons un russe qui lance une recherche simple dans son moteur de recherche “mpv thumbnails” et qui arrive sur mon article mpv. Il décide de traduire pour essayer de mieux comprendre l’article, cela va donner Français –> Anglais –> Russe sur Google translate (voir cet article sur le fonctionnement de la traduction de Google translate). Il est probable que je serai lu (mais de quelle manière !) mais certainement pas compris.

On touche ici à la problématique de se faire correctement comprendre par le lecteur. Le blogueur est celui qui transmet le signal (diffuse l’image), le contexte c’est le décodeur, le lecteur c’est le gros dans son canapé avec sa télécommande qui te zappera, ne te comprendra pas forcément, ne sera pas d’humeur à te lire ou accepter tes arguments. On a donc le fonctionnement suivant : diffusion du signal par le blogueur, décodage du signal par rapport au contexte, réception du message par le lecteur.

Le contexte joue une part importante dans la compréhension du signal émis et transmis par le blogueur vers le lecteur. On peut contextualiser un article avec : La date, la culture commune, la langue, l’actualité, la façon d’écrire du blogueur, les thèmes (récurrents) qu’il traite, son ton et son humeur. Ce sont les plus évidents mais la liste est bien plus longue.

Quand le contexte n’est pas clair, le message peut être mal réceptionné. La question est de savoir ce que peut faire le blogueur pour que le contexte soit clair.

Je fais beaucoup de recherches sur des aspects techniques/informatiques. Personnellement l’un des critères les plus importants pour moi lors d’une recherche est la date de l’article. La configuration de apache2 n’est pas la même entre Debian 5 et Debian 8. Le contexte temporel est primordial, la “fraicheur” de l’information joue un rôle très important dans la “validité” de cette information. Dès lors si le contexte temporel n’est pas précisé l’information peut se révéler fausse (aux yeux du lecteur) ou inintéressante. Un exemple daté du 06 février mais de quelle année ? Le contexte temporel étant flou je me désintéresse de l’information, je rejette le message. Un exemple rigolo (mais un peu long) de biais lié aux réseaux sociaux.

Afin de remettre les articles dans leur contexte voici quelques bonnes pratiques à mettre en place :
– Faire en sorte que le titre soit le plus parlant possible sur le contenu de l’article ainsi le lecteur saura ce qu’il va y trouver (théoriquement). Si le blogueur diffuse A et que le lecteur attend B alors il y a de grandes chances de voir naitre une incompréhension devant l’article voire un rejet de celui-ci
– Mettre une date sur l’article car le contexte temporel est primordial évidemment
– Mettre des tags et ainsi permettre aux lecteurs d’un coup d’œil d’identifier les thèmes et catégories abordés dans l’article : #sysadmin #linux
– Renseigner le “A propos” afin que très facilement le lecteur puisse comprendre où il est, quels thèmes sont abordés ici et comment ils sont traités
– Ouvrir les commentaires car cela permet un aller-retour entre le lecteur et le blogueur pour préciser une chose mal comprise, parfois mal réceptionnée. Sur mon article précédent, on pourra citer 22Decembre qui n’a pas bien reçu mon message alors que nous disons sensiblement la même chose
– Annoncer dès le début de l’article le(s) thème(s), le ton (humour, vacheries, acide), etc. ainsi on sera clair sur ce qui sera dit après. Il peut arriver que le lecteur confonde un trait d’humour avec un vrai argument

Le blogueur a donc des moyens de faciliter la compréhension du contexte. Est-ce suffisant ? Non.

C’est nier que le lecteur peut être dans l’incapacité de réceptionner le message et nier sa sensibilité propre, que le blogueur peut émettre un signal totalement incompréhensible entre autres choses. Une vanne d’une émission télé des années 1970 ne sera pas comprise par un jeune de 20 ans. Un russe ne comprendra pas le français et même en traduisant le message il ne sera pas bien réceptionné. Le lecteur peut être fermé à certains arguments, certaines critiques. Le lecteur peut être d’une humeur de chien et refuser en bloc le message puis manifester sa colère. Le lecteur peut lire l’article en diagonale ou sauter les liens hypertextes expliquant davantage le propos.

On peut dire que pour “comprendre” un article, il faut faire l’effort de le lire. Entre autres efforts il faut remettre un article dans son contexte sinon il y a une forte probabilité qu’il ne soit pas compris, mal réceptionné. Cela donnera lieu à des incompréhensions, de l’énervement, du rejet.

On voit ici que le blogueur peut faciliter et doit maximiser la compréhension du contexte. C’est un gain réciproque, le blogueur voit son signal mieux réceptionné et le lecteur comprend mieux le message du blogueur. Il y a donc de meilleures chances qu’ils se comprennent (ce qui ne veut évidemment pas dire qu’ils seront d’accord).

En revanche il est totalement vain d’espérer que le message soit correctement réceptionné sans l’effort du lecteur. Le blogueur doit accepter que le lecteur est totalement partie prenante de la réception du message.

Je vous invite fortement à lire cet article traitant du contexte et j’en cite une phrase : « A l’ère d’internet, un dessin publie dans un magazine potache peut être diffusé a n’importe qui à l’autre bout du monde. Et à l’autre bout du monde, vous aurez toujours quelqu’un pour dire ‘I find this offensive’, ‘C’est une honte’, etc. Si on doit penser a toutes les différentes sensibilités du monde des rezosociaux avant de dessiner un dessin, on ne dessine plus rien. »

On voit ici la nécessité de remettre un article dans son contexte mais surtout la nécessité que le lecteur fasse l’effort de le comprendre (entre autres choses en remettant l’article dans son contexte). Si le lecteur ne fait pas l’effort de lire réellement (dans le sens “lu et compris”) alors la réception du message posera problème.

Déjà 2 avis pertinents dans L'importance du contexte et l'effort du lecteur

  • N’écrivons-nous pas avant tout pour nous-mêmes ? D’où cette complication, parfois, à embarquer l’autre – le lecteur – dans notre “contexte”.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.