LCE : vous connaisez Rob Dougan ?

Bonsoir, et bienvenue dans #LCE, Les Curiosités Électroniques.

Dites, vous connaissez Rob Dougan ?

Bien sûr que vous connaissez Rob Dougan. Vous le connaissez, au minimum si vous avez vu le film Matrix. Car le compositeur australien connaît la renommée internationale en 1999, lorsque son titre Clubbed to death apparaît dans le film des sœurs Watchowski. Plus précisément dans la scène de la femme en robe rouge :

(https://youtube.com/watch?v=uxat0lJqdCc)

La version qui illustre cette scène est en fait la Kurayamino variation (du japonnais 暗闇 の, kurayami no : de l’obscurité). La version originale est bien moins connue et s’intitule Clubbed to death (The first mix) :

(youtube.com/watch?v=WselVi1lca).

Ce morceau connaîtra une tripotée de sorties sur différents labels et un nombre conséquents de remixes plus ou moins bien réussis et originaux. Parmi ceux-ci, on en trouve 2 du groupe Cassius, ici sous le pseudo La Funk Mob, et qui expérimentent les premiers embryons de ce qui deviendra plus tard la French touch (et oui, c’est promis, un jour, j’en parle) :

(https://pt.diaspodon.fr/videos/watch/aeb5128e-6a7e-4e22-bce7-9693a5bf813b)

 

Quant à la Kurayamino variation je n’ai trouvé aucune explication sur ce à quoi ce nom de version pouvait faire référence. Un élément d’explication pourrait se trouver sur un maxi très rare de Clubbed to death — qui contient le non moins très rare remix 2 de Tom Middleton — sur lequel on peut lire : « Inspired by Yasunari Kawabata, Yasujiro Ozu and Ryuchi Sakamoto » :

Photo du disque vinyl Clubbed to death qui contient le remix 2 de Tom Middleton
On peut lire, dans les crédit : « Inspired by Yasunari Kawabata, Yasujiro Ozu and Ryuchi Sakamoto »

Yasunari Kawabata est un écrivain japonais, prix Nobel de littérature en 1968. Yasujirō Ozu est un réalisateur japonnais de films. et Ryūichi Sakamoto est un musicien, compositeur, producteur et acteur japonais (merci, Wikipédia). Mais revenons en arrière : lorsque Clubbed to death sort, Rob Dougan n’est pas un inconnu du tout et a déjà connu le succès avec le titre Hard times en duo avec la chanteuse Colette sorti en 1994 :

(youtube.com/watch?v=aJ83poHs7T)

Ce titre connaîtra une re-sortie en 1997 dans une version plus eurodance, sous le pseudo Rimbaud, cette fois avec la chanteuse Sabrina Johnston. Toujours en 1994, Rob Dougan sort en duo avec le DJ anglais Roland Armstrong (dit Rollo), le morceau Hold that sucker down, sous le nom O.T. Quartet :

(youtube.com/watch?v=Czsi6QmyOj)

Ce titre fera également un carton, notamment dans les raves naissantes. Il sera également repris 14 plus tard par le DJ français David Vendetta :

(youtube.com/watch?v=Rz3Cbyn4ye)

La même année que la sortie de Matrix, Rob Dougan sort son premier album, Furious angels, dont certains titres très orchestraux préfigurent la direction artistique que prendra plus tard la carrière du compositeur australien. Cet album contient notamment le titre éponyme dont une version raccourci me sera utilisée au début du film Matrix reloaded :

(youtube.com/watch?v=dXUUfzz0Dl)

Il composera également Château spécialement une scène de combat de ce film qui se déroule… Dans un château :

(https://youtube.com/watch?v=3WfR87K5zW8)

À partir de la fin des années 90, Rob Dougan a une relation très étroite avec le cinéma. Outre la série Matrix, son morceau Clubbed to death est apparu dans les films Clubbed to death (Lola) avec Élodie Bouchez, en 1997, l’épisode Retour de flamme de la série Alerte Cobra et dans la bande-annonce de Blade: Trinity. Le titre I’m not driving anymore apparaît également sur la B.O du film Driven avec Stallone, en 2001 :

(youtube.com/watch?v=7iw4bynBYL)

Toujours en 2001, son remix pour Moby du titre Porcelain apparaît dans le film 15 minutes avec Robert de Niro :

(youtube.com/watch?v=NGErYP7v0B)

En 2005, so titre One and the same apparaît sur la B.O. du film One perfect day ¯crédité dans une version remixée que je ne connais pas et sur laquelle je n’ai pas réussi à mettre la main, ce qui m’intrigue — et ainsi de suite. Rob Dougan ne sortira aucun titre entre 2003 — date de sortie d’une version augmentée de son album Furious angels avec les version instrumentales — et 2015, date à laquelle il revient avec le maxi  The 22nd sunday in ordinary time sessions. À ce moment, sa carrière a pris une direction radicalement différent, laissant derrière lui le mélange de beats trip-hops et d’orchestrations pour des titres purement orchestraux, proches de la musique dite « classique ».

Voilà, c’est tout pour cette (très) brève histoire de la musique électronique. Sur ce, je vous laisse avec un morceau qui n’a rien à voir : D.H.S. — The house of god (1991 Original italian remix) :

(youtube.com/watch?v=9se7eLWHUw)

Aucun avis pertinent dans LCE : vous connaisez Rob Dougan ?

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.