Temps : Partage, travail, imposture

Depuis quelques mois j’essaie de m’imposer une discipline, noter pour chaque article le temps que j’y ai consacré.

Qualité et fiabilité du matériel professionnel Rédigé en 5h
Les petites infos – 3 Rédigé en 2h
Aspect graphique de Debian Sid Xfce après une petite heure Rédigé en 3h
Debianeux Rédigé en 1h30
Les petites infos – Spécial NVMe Rédigé en 7h
Les sources d’information pour Debian Rédigé en 4h
Les petites infos – 4 Rédigé en 2h
Tricher Rédigé en 2h30
Une présentation de systemd-nspawn Rédigé en 5h
NordLynx, WireGuard par NordVPN Rédigé en 2h
GitHub et la dernière release Rédigé en 6h
Ikigai, éclairer notre rapport au travail, notre ressenti dans un emploi Rédigé en 3h
Les petites infos – 5 Rédigé en 2h

Je voulais : 1/ Parler du temps nécessaire « avant de » et « pour » publier un article 2/ Montrer qu’il faut beaucoup de travail 3/ Me rendre compte du temps que j’y passe (imposture)

Temps et partage

Certains articles sont rédigés en une seule fois (NordLynx, WireGuard par NordVPN par exemple), d’autres en plusieurs fois sur quelques jours suivant mon occupation familiale principalement. J’écris maintenant quasi-exclusivement le week-end. En semaine après le boulot je suis régulièrement 1/ crevé, 2/ rassasié ou satisfait de ce que j’ai appris dans la journée, 3/ à passer du temps avec mon fils. Ce qui ne m’empêche pas de passer encore 1h facile chaque soir sur le pc portable à lire, bidouiller, creuser, vérifier des trucs.

Un point important à comprendre, la rédaction des sources d’information pour Debian a pris 4h mais pour accumuler ces connaissances, vérifier et utiliser les liens que j’ai recommandé, cela a pris des dizaines d’heures sur des mois. Ce que je veux souligner est que le temps « pour » rédiger un article ne reflète absolument pas le temps nécessaire « avant de » le rédiger : Découvrir, apprendre, comprendre, vérifier, noter, croiser les infos, les soumettre à utilisation, revérifier. On touche du doigt tout le travail, l’organisation, la passion.

Écrire est un choix personnel, rien ne m’oblige évidemment à rédiger et publier des articles. Ce processus (écrire et publier) fait dorénavant partie de moi, de mon fonctionnement, de ma façon d’aborder le monde et d’y participer. D’être au monde.

Temps et travail

Sur blog-libre nous renseignons le temps de lecture pour lire un article, Tricher se lit en 4 minutes, il a été rédigé en 2h30.

Les blogs que vous lisez donnent de leur temps. Ce n’est pas rendre justice à ceux qui produisent/partagent d’afficher le temps de lecture, on devrait afficher le temps d’écriture. Notre société toute entière est tournée vers la consommation y compris de contenus. Les producteurs sont invisibles, on partage davantage leurs contenus que leurs noms.

Cette façon de penser et de faire me dérange de plus en plus. Un blog sans la personne derrière est une coquille vide. Soyez pleinement conscient que des individus inconnus vous consacrent du temps.

Temps et imposture

Je parle assez régulièrement de mon syndrome de l’imposteur. Les gens ont parfois du mal à comprendre comment on peut avoir autant de connaissances techniques, les partager sur ce blog et pour autant ne pas se sentir légitime, douter de soi et de ses connaissances. Un point que je vois rarement souligné : Le syndrome de l’imposteur est aussi appelé syndrome de l’autodidacte (Personne qui s’est instruite par elle-même, sans maître). Je trouve qu’avec ces deux termes (imposteur et autodidacte), on arrive mieux à cerner le sujet.

Sur la page Wikipédia à Stratégies de défense : C’est cette crainte d’être démasqué qui pousse l’imposteur à mettre en œuvre des stratégies pour masquer l’escroquerie dont il se sent coupable. La stratégie overdoing consiste, par rapport à une tâche à accomplir, à investir une très grande énergie. Ceci permet à la personne d’attribuer à cette grande quantité de travail le succès de l’entreprise et non à ses compétences réelles.

Je passe beaucoup de temps sur chaque article, je les travaille beaucoup, je prends mon temps. J’ai comme objectif la qualité. Cette qualité me sert également d’alibi, d’excuse pour y passer un temps considérable. Plus vous passez de temps sur un sujet, moins vous commettrez de fautes, plus vous connaîtrez votre sujet.

Une personne compétente peut rendre un travail XYZ en 2h, un individu qui rend le même travail en 10h est-il compétent ou un imposteur ?

Déjà 4 avis pertinents dans Temps : Partage, travail, imposture

  • Fipaddict
    Ma réponses à 2 sous a la dernière question. Ni un imposteur ni plus compétant, ni moins compétant. Juste un individu différent qui offre un rapport au temps différent.
  • Damien Delurier
    Pour répondre à ta question, un même travail rendu en 10h n’indique en rien qu’une personne est incompétente ou un imposteur. Le cerveau de chacun fonctionne différemment. Et il faut composer avec nos défauts. Celui d’être pressé, d’avoir peur de mal faire, de manquer de précision ou d’écrire sans se relire.

    Être perfectionniste, par exemple, peut rapidement devenir un défaut : en brulant toute son énergie sur une tache et en étant rongé par la peur de ne pas faire assez bien.

    Perfectionniste, imposteur, négligeant, pressé… Nous pouvons passer d’un état à l’autre selon le sujet et l’obligation du moment !

  • Hello,
    Le même travail sera généralement différent d’un individu à l’autre, mais aussi selon le temps passé forcément. Pour moi, tout dépend de l’objectif que l’on se donne.
    Si ton article sur la qualité et fiabilité du matos pro aurait pu être torché en 2h ou moins (pas personnellement hein ;) ), ce qu’on vient chercher ici c’est ton retour, ton ressenti, comment t’as sué quand tu as lancé ton dmidecode :)
    Sans la dose d’humain que tu mets derrière, l’information importante que tu vas envoyer peut généralement se faire en quelques minutes. Mais est-ce ton objectif (sans parler de qualité) que de nous envoyer 3 lignes de commande à peine expliquées ? On sait tous que non.
    Je ne ferai pas de parallèle avec ma petite personne, pas besoin : J’aime à dire que je n’ai jamais eu aucun cours d’informatique, alors t’imagines bien que ton syndrome, il s’installe souvent à la maison ^^
  • Billet intéressant qui nous interpelle… Je reprends dans le désordre.
    Je ne regarde jamais le temps de lecture, je vais de mon fil RSS au billet et je fais défiler rapidement pour voir la longueur, soit j’estime que j’ai le temps de le lire immédiatement, soit je sais que je n’aurai pas le temps et je le remets en non-lu dans mes flux.
    Et en effet, je trouve plus intéressant de connaître le temps d’écriture plutôt que le temps de lecture.
    Ceci-dit, il me serait difficile de m’imposer cette discipline, chronométrer le temps que je passe à rédiger.
    Par exemple, lorsque je fais une traduction d’un billet pour info en essayant modestement de l’améliorer, le dernier m’a pris environ deux heures, et je mets la source pour que chacun puisse lire l’original. Je pourrais aussi chronométrer les billets que je rédige sur des sujets que je maîtrise raisonnablement. Mais pour certains (ex. la série Vim), le temps n’est pas linéaire, je me documente, lis, vérifie, teste, dans tous les sens, sans vraiment savoir où je vais avant de me focaliser sur une thématique du sujet pour la rédiger. J’apprends en même temps que je rédige, je ne sais pas si le résultat est concluant, intéressant pour les lecteurs, mais je me régale à les écrire (réflexion un peu égoïste, mais bon). Sur le temps de rédaction, doit-on compter le temps de correction post-publication? Il m’arrive régulièrement de voir des coquilles, parfois longtemps après la publication du billet.
    L’imposture ?
    Parfois, comme l’a dit un célèbre cycliste, à l’insu de mon plein gré. Certains peuvent penser que je suis informaticien parce que je suis auto-hébergé, etc., mais non, simple passionné, je suis un éternel débutant, ceux qui me connaissent le savent. Je n’ai pas les compétences d’un informaticien et il m’arrive souvent de le répéter, tout comme ce n’est pas parce que vous savez changer des bougies, des plaquettes, la vitre latérale de voiture que cela fait de vous un mécanicien, c’est un métier ! Je pense que tout blogueur est imposteur à certains moments pour le lecteur, car il ne peut pas tout préciser (le blogueur), que le lecteur qui tombe sur un billet ne va se taper tout le blog à lire pour y voir les subtilités sur le blogueur, etc
    Désolé d’avoir été si bavard.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.