Numérique et éducation des enfants : non, internet n’est pas une nourrice

Discussion cet été avec une mère concernant ses 2 filles de 6 et 8 ans.
Elle : Elles vont en camping la semaine prochaine. Mais je ne les ai pas averti. Il n’y a pas de wifi là-bas ».
Moi (naïvement) : C’est-à-dire « les avertir » ?
Elle : Bah, elles n’auront pas de wifi pour leurs tablettes et leurs téléphones.
Moi : …
Elle : Oui, c’est tellement pratique la tablette. Ça les occupe le weekend quand on a des trucs à faire à la maison ou à organiser…

Discussion plus récente avec une petite cousine de 10 ans gardée par ses grands-parents.
Elle : On s’est couché tard avec ma soeur (14 ans) parce qu’on a regardé « Moi bête et méchant 2 » sur la tablette.
Moi (interrogateur) : C’est passé à la télé ? Hier au soir ?
Elle : Bah non, sur le téléphone. Sur un site internet. On a regardé vers 22h.
Moi : Ah sur quel site ?
Elle : C’est un site avec plein de séries et de films. Ma soeur l’a trouvé sur Google. Je crois que maman n’est pas d’accord. C’était super drôle ce film.

J’imagine la tête de la belle-mêre qui recevra une lettre de la Hadopi lui signifiant la coupure de sa connexion internet, un grand moment de rire en perspective.
A noter que notre ami le moteur de recherche, sans contrôle ni filtre parental, fonctionne bien !

Autre discussion avec cette même cousine de 10 ans, un peu plus tard
Moi : Et ta tablette, tu l’utilises pour faire quoi ?
Elle : Ben j’envoie des messages sur Snapshat. Je suis sur Tik tok. Je fais des jeux.
Moi : Ah oui ? Et ta maman, elle en pense quoi ?
Elle : Bah…. euh… rien…

Snapshat et Tik Tok, laissés entre les mains d’enfants de 10 ans, comment cela peut-il finir ? je vous laisse voir et

Ce que je retiens de ces échanges, c’est qu’élever des enfants, joueur avec eux et les stimuler intellectuellement demandent de l’énergie. Beaucoup d’énergie. Et qu’il est facile de renoncer et de les clouer devant un écran. Il y a toujours l’excuse de « Ce n’est pas grave » ou « C’est de leur époque ».

Ce qui est grave, c’est de laisser un téléphone ou un pc portable dans la chambre d’un enfant, accessible le soir et la nuit avec un navigateur sans contrôle parental. Ce qui est grave, c’est de ne pas savoir ce qui se passe sur l’écran de l’enfant alors que le meilleur et le pire sont accessibles en un clic de souris.

Planter un enfant devant Youtube Kids pendant des heures ou le laisser dans sa poussette jouer avec un smartphone est aussi dangereux et malsain que de le nourrir de fastfood ou de le laisser au volant d’une voiture : c’est irresponsable. Soyons clair, un enfant de 5 ans, 10 ans ou 15 ans n’a rien à faire sur internet. Internet est un outil, pas une nourrice.

Ce que je peux rajouter sur « numérique et enfants », c’est ce que j’ai constaté dans le cadre de mes ateliers numériques à destination des collégiens et collégiennes : les enfants ne savent pas manipuler une souris, ni taper au clavier. J’ai donc réalisé assez rapidement que la majorité des enfants ne possèdent pas d’ordinateurs dans leurs familles : tout se fait sur téléphone ou tablette. Le numérique n’est pas en relation avec un usage a minima professionnalisant (ex : taper sur un simple traitement de texte…) et je ne parle pas de coder… mais c’est uniquement de la consommation de contenu et de pub, une soumission plus ou moins abrutissante, calqué sur le modèle de la télévision. Pour l’expression « Digital natives », vous repasserez…. Utilisez plutôt « Digital slaves ».

J’avais échangé il y a quelques mois avec un ancien décideur politique local qui trouvait ma position très dure sur l’analyse de l’usage du numérique dans le cercle familial. En tant que parent, j’apparaissais sur la ligne dixit lui-même « de ceux qui ne veulent pas lâcher la bride ». Je l’ai revu la semaine dernière et il est revenu sur le sujet. Il m’a confié que la gestion du numérique en famille était devenu un fléau ! Lors d’un grand repas familial, il m’expliquait avoir dû envoyer un SMS à un de ces filleuls de 8 ans qui jouait non stop sur son téléphone, oreillettes fixées dans les oreilles, coupé du monde, pour lui dire d’arrêter ! Et les parents de l’enfant ? Ca les a fait sourire… Et il s’agit d’une famille CSP++.

Des idées et recommandations pour faire des choses intéressantes en associant numérique et enfants

Ce que j’aimerais faire passer comme message, ca n’est pas « non aux écrans », mais « mieux de temps d’écran ». Le numérique est incontournable, certes, mais pas n’importe quel numérique.

  • Bien souvent, la meilleure place de l’ordinateur ou de la tablette quand l’enfant est jeune (moins de 14-15 ans ?), c’est dans le salon, surtout si l’ordinateur est connecté à internet.
  • votre enfant veut faire un coloriage : laissez taper le nom de l’animal dans le moteur de recherche et choisir ce que vous allez imprimer.
  • Pour les 6-10 ans : installer la suite éducative Gcompris très sympa à utiliser et expliquer les jeux à l’enfant. Pour ma part, je fais une session de 20-30 minutes par semaine avec mon fils de 6 ans. Ces jeux lui permettent de s’habituer au clavier et à la souris.
  • Je pense aussi à des petites jeux ludiques efficaces pour découvrir le clavier ici, ici et .
  • S’amuser avec un service de cartographie en ligne pour découvrir le monde : apprendre les continents, demander à l’enfant de trouver un pays, aller ensuite lui montrer la capitale, quel climat domine le pays, quelle est la végétation…
  • Si vous voulez quand même que l’enfant de 7-10 ans utilise un téléphone ou une tablette, coupez internet et laissez le dessiner sur la tablette. Ca reste une bonne activité ludique. Je lance Evernote ou Notes et lui laisse la main pour dessiner (et je conserve au passage certains dessins).
  • Proposer des sessions d’ordinateurs limitées dans le temps (exemple : un peu le mercredi et un peu le samedi, pas plus d’une demi heure par session).
  • Au restaurant ou en sortie, plutôt que de donner son téléphone portable pour occuper l’enfant, les magazines de jeux vendus en presse sont parfaits. Je pense à Super-Ouaf pour les 5-7 ans mais il existe des dizaines de revues de jeux, pour tous les ages. Decitre et la Fnac en vendent également. On peut aussi jouer aux Incollables pour patienter.
  • Pré-ados, les enfants peuvent tout à fait avoir un ordinateur fixe dans la chambre ou PC portable avec une place dediée sur le bureau : la connexion internet, elle, n’est pas obligatoire. Ainsi, l’enfant peut faire des dessins, travailler sur un traitement de texte ou sur une présentation pour l’école, coder quelque chose, voir même jouer, tout ça sans internet. C’est dans cette configuration que nombre d’entre nous ont démarré dans les années 80… Ah les sessions de jeux sous Amstrad, à faire de la PAO pour sortir un fanzine et coder des trucs sous Amiga…

Bref, les solutions existent pour faire des choses ludiques et numériques ! Si vous avez des recommandations d’usage intelligent du numérique pour vos enfants, n’hésitez pas à les partager.

 

Edit de ma part le lendemain de la publication de ce billet :

Données personnelles des enfants : YouTube et Google écopent bien de 170 millions d’amende

Déjà 6 avis pertinents dans Numérique et éducation des enfants : non, internet n’est pas une nourrice

  • Et même dans ce que tu proposes, il y a des choses qui me choquent…Bon, je n’ai pas d’enfant pour ne pas aggraver les choses. Je préfère aider ceux qui sont déjà là, dans la mouise mais là je m’aperçois de la lente dérive qui guette les parents, même les plus attentifs, notamment au moment de l’adolescence lorsque les difficultés de communication arrivent…On croit être moderne, les laisser découvrir la technologie mais tout est une question de communication et d’accompagnement. L’écriture cursive aussi, que l’on abandonne de plus en plus, c’est tellement bien pourtant, pour structurer ses idées, montrer, essayer.
  • sébastien
    J’aime le passage où parce que tu fais attention au temps écrans de tes enfants, tu passes pour un dictateur. On connait ça ici aussi. Comment? Pas de smartphone? Pas d’ordi dans la chambre? mais c’est tellement rétrograde!….
    On a nous un pc fixe dans un endroit dédié, et un portable. Ils n’en connaissent pas le mdp et ne peuvent l’utiliser que sur demande, dans un cadre bien précis. Bien sûr quand il le souhaite le plus grand de 13 ans peut aller voir sur youtube la dernière bande annonce du dernier Marvel, on est pas des monstres. Pas de smartphone non plus, on a juste cédè au téléphone classique pour le collège car on habite la campagne et gérer plus facilement les trajets pour les activités sportives, l’UNSS ou la neige sur la route… la console est restreinte aussi, pas de jeux en ligne et pour l’instant ils en sont pas morts.
    Il nous reste encore un effort pour gérer le temps smartphone du plus petit sur le smartphone de madame quand les plus grands sont en compétition mais là aussi on arrive à trouver des applications / jeux ludiques pour faire passer plus facilement la journée, on est pas encore parfaitement parfait.
    Alors oui, pour els copains, ils sont un peu largués niveau jeux, réseaux sociaux et autres émissions débiles mais ils savent parfaitement se servir d’un clavier, d’une souris, utilisent les raccourcis claviers, utilisent windows comme ubuntu, ou solus, et ont des connaissances sur les serveurs, comment fonctionne netflix, …
  • Je suis un peu plus mitigé. Dans ma jeunesse j’ai eu un accès total à l’ordi vraiment très tôt (aux alentours des 10 ans je dirai).
    Je n’y passai pas 30minutes mais plusieurs heures d’affilées. Bon je n’avais pas accès à Internet mais dès que c’est arrivé c’était tout aussi openbar (le temps du forfait, fallait pas dépasser non plus).

    J’ai le sentiment que si tu dis à un gamin « ok tu peux utiliser l’ordi 30 minutes mais après c’est fini. » Il sera bridé et pourtant c’est bien parceque j’avais accès des heures durant à la machine que je pouvais passer du temps à le trifouiller histoire de mieux comprendre comment il marche et tout. Si je n’y ai accès que 30minutes, je vais utiliser ces 30minutes pour jouer et c’est tout, je ne perdrai pas une miette à tenter de faire autre chose.

    Et puis permettre aux gamins d’utiliser un ordi dans le but de les habituer au traitement de texte je trouve ça d’un triste… Est-ce nécessaire de pousser de jeunes enfants à ne voir dans l’ordi qu’un outil de travail ? C’est à mon sens une vision assez réductrice.

    Et considérer qu’un enfant n’a rien à faire sur Internet c’est aussi dommage je trouve. La vie sociale se passe désormais partiellement en ligne. Quand il retrouve à l’école ses amis qui ont tous vu la dernière vidéo de trucmuche, rigolés en voyant les images de bidules, joué à machin mais que lui est complètement déconnecté il sera de base en partie exclus. Il perd des références de sa génération. Quand tous ses amis après l’école jouent ensemble au dernier jeu à la mode (Minecraft ou maintenant Fortnite), ils interagissent, se créer une mythologie, coopèrent, se font des compétitions, c’est pas juste futile. C’est dommage de les priver de ça.
    Il faut par contre savoir les réfreiner si ça devient trop envahissant sur le reste de la vie de l’enfant tout en laissant une certaine liberté.
    Le web est certe remplis d’horreur mais ce n’est à mon sens pas une raison suffisante pour en priver totalement l’enfant.

    Après par contre je partage à 100% l’avis concernant les tablettes/téléphones. Ces appareils ne sont que des téloches++ où l’on ne fait que consommer bêtement ce qui nous arrive pour 95% des usages qui en sont fait. Ce sont des écosystèmes trop vérrouillés pour être intéressants.

  • sébastien
    « la vie sociale se passe désormais partiellement en ligne »… La gueule de la vie sociale, mdr. Une telle vie sociale, autant s’en passer. Oui pour le coup sur certaines discussions, ils sont largués. Mais quand tu vois la tête de la discussion, c’est vraiment un mal? Pas si sûr. Sont-ils pour autant exclus? J’en ai pas l’impression, le meilleur pote de mon ainé passe son temps sur son smartphone, jeux en ligne, télé, Netflix, à même pas 13 ans. Le mien ne fait rien de tout ça. Ils sont pourtant meilleurs potes. La raison?, Fans de Marvel tous les deux et de Lego Ninjago. Le plus marrant dans l’histoire est que ce même super pote ne veut surtout pas que cela se sache, qu’il passe du temps sur les Lego, trop honte..
    Dans ce cas là, j’ai aussi le cas de mon second qui se trouve un peu exclus des discussions parce qu’ils sont tous à fond sur le foot, le PSG, Messi et que lui en a rien à carrer. faut que je l’oblige à être fan de foot pour qu’il ai un semblant de vie sociale?
    Non vraiment là-dessus je suis pas trop d’accord avec ton commentaire : si il faut passer par là pour pas être exclu (donc l’alcool à un moment donné est aussi obligatoire sinon tu es exclu, fumer aussi, bref…), ben autant s’en passer et se construire autrement.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.