Donald Trump à la rescousse du logiciel libre

Vous n’avez certainement pas loupé l’affaire du désaccord commercial entre Etats-Unis d’Amérique et Chine concernant Huawei. Le gouvernement étasunien ordonne à des entreprises locales (filles ?) de ne plus commercer avec d’autres entreprises étrangères.

Ainsi l’entreprise chinoise Huawei n’aura plus accès à Android, le logiciel faisant tourner 80% des téléphones mobiles dans le monde actuellement. Microsoft est lui aussi mis à contribution et ne devra plus fournir de Windows à cette même firme chinoise. N’ayant aucune envie d’analyser la portée géopolitique des mauvaises relations sino-étasuniennes, je me focaliserais plutôt sur la mise en lumière involontaire projetée par Donald Trump sur le Logiciel Libre.

Et oui, le logiciel libre est l’alternative vers laquelle se tournent les victimes de l’histoire. Auparavant, la Russie, la Gendarmerie française et certaines parties prenantes dans le monde avaient décidé de se passer des services de Microsoft (Windows et Office) et de se tourner vers des distributions GNU / Linux et LibreOffice pour gérer leurs affaires. Les raisons énoncées sont la contrôle des coûts et le gain d’économie en licence (en évitant l’effet de rente versée au même opérateur, alias Microsoft), mais aussi de sureté nationale afin de ne pas dépendre de services fournis par une nation tiers. On le voit bien dans l’histoire Huawei-Trump, certaines entreprises de la tech californiennes sont intimement liées à la politique extérieure USA.

Huawei semble avoir lancé des travaux basés sur la partie ouverte d’Android afin d’équiper ses terminaux d’un système d’exploitation maison…

Du côté de l’Europe. RAS. L’Union Européenne n’a pas en son sein un fabricant mondial de téléphones, ni un fournisseur mondial de logiciels et ne compte pas travailler sur un OS souverain. Nous pouvons nous rendormir !

Trump par sa décision de punir Huawei en montrant les muscles a certainement fait beaucoup pour l’image et la reconnaissance de l’utilité des logiciels libres. On ne peut que l’en remercier.

Déjà 2 avis pertinents dans Donald Trump à la rescousse du logiciel libre

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.