Quelques anecdotes sur ma recherche d’emploi

Certains auront remarqué que j’ai nettement moins écrit ces derniers temps. Comme je le disais dans Être et avoir, j’ai démissionné de mon poste actuel. J’ai trouvé un nouveau job et je commence début août, j’y reviendrai.

Cette recherche d’emploi a été épique, les différentes expériences que j’ai vécu vont rester et changer profondément ma vision de la recherche d’emploi dans le secteur informatique. Deux points importants pour contextualiser. Ce sont les chargés de recrutement, ingénieurs commerciaux, cabinets de recrutement qui sont venus vers moi via mes CV en ligne pas moi qui ai postulé à des offres précises. Je ne suis pas du tout un crack, j’ai maintenant 10 ans d’expérience de Windows sur mon CV… mais je veux bosser sur Linux.

I want you !

Je suis quelqu’un de très organisé donc je comprends aisément qu’on puisse pousser loin l’organisation mais là… Cette anecdote va vous mettre dans l’ambiance.

Le chargé de recrutement me laisse un message sur mon répondeur, m’envoie un mail et m’envoie un SMS. Le tout dans l’heure. Je cite le SMS : « Bonjour ! Votre prochaine mission se trouve chez SUPERTEAM, 1ere ESN qui recrute le plus depuis 2ans ! J’ai trouvé dans votre profil l’ingénieur système que je cherche. Envie d’en savoir plus ? Contactez moi au 0123456789 Truc Machin, chargé de recrutement pour SUPERTEAM ». J’ai de la chance qu’il soit pas venu camper devant chez moi.

Cherche encore

Une chargée de recrutement laisse un message sur mon répondeur puis elle m’envoie un mail. Je la recontacte 2h plus tard, on échange puis on convient qu’elle m’envoie un mail pour arrêter une date. Elle me rappelle 30 mn plus tard et tombe sur mon répondeur : « Oui Mr Cascador, je suis désolé mais je n’arrive pas à retrouver le mail que je vous ai envoyé, votre adresse mail et votre CV. Pourriez-vous m’envoyer un mail ? ». Puis elle commence à épeler les lettres de son adresse mail… Pour ma part j’ai fait « Répondre » à son premier mail.

Je peux participer ?

Une chargée de recrutement me contacte, on échange par téléphone, elle me demande si je suis plutôt production ou intégration. Je suis plutôt production, je la sens gênée. Visiblement elle cherche pour de l’intégration. Elle me pose la même question de deux autres manières différentes, je lui fais la même réponse. Elle conclut que ça n’ira pas pour le poste et me propose de m’envoyer la brochure de sa société et le descriptif du poste. 4 jours plus tard je reçois un mail, je cite : « Suite à notre échange téléphonique et après étude de votre CV par les équipes opérationnelles, nous sommes au regret de vous informer que nous ne pouvons donner une suite favorable car votre profil ne correspond pas totalement aux exigences du poste ».

Je vous la refais dit autrement. Une personne me contacte pour un job que je n’ai pas sollicité, elle constate que je ne fais pas l’affaire puis elle m’annonce que ma candidature n’est pas retenue. Mais… encore heureux ! Je suis rassuré de savoir qu’à un poste auquel je n’ai jamais postulé, j’ai finalement un refus… Est-ce que mon avis compte ?

Non en fait

Un cabinet de recrutement me laisse un message. Au téléphone on parle de mes souhaits, j’évoque lourdement Linux, on parle des annonces qui m’intéressent. On convient d’un rdv une semaine plus tard. Il me propose deux postes tous les deux full Windows. Je suis poli, je ne fais aucune remarque et me montre intéressé. Je pose des questions dont une qui me parait très pertinente sur le poste proposé. Il faut se déplacer chez les clients de l’entreprise mais la voiture est fournie ? (Je n’aurais jamais de réponse à cette question)

Le lendemain le « Senior Consultant » revient vers moi pour obtenir un retour de ma part sur ces deux postes, il tombe sur mon répondeur. J’envoie un mail lui disant que le premier est trop éloigné quant au second je n’y suis pas opposé mais pour l’instant je débute mes recherches et je souhaite continuer à être ouvert aux autres opportunités. En gros ça veut dire : « Ouais ça envoie du rêve ton poste mais là ça fait une semaine que je cherche, je vais pas tout de suite signer pour un truc très moyen ». Il m’appelle, je le sens un peu énervé au téléphone, l’échange calme les choses.

Mais alors on peut encore dire non en fait ? Ou c’est carrément du luxe de vouloir choisir son job ?

Annulation du rdv

Via un mail vendredi à 16h47 un chargé de recrutement me propose un rdv pour le mardi à 13h30. Je lui répond positivement à 18h18. Le lundi est férié donc il a 3 jours pour voir mon mail même si il ne travaille pas. A 10h32 le mardi il m’envoie un mail, je cite : « N’ayant pas eu de retour à temps fin de semaine dernière pour confirmer ce rendez-vous, je vous propose de reporter cet entretien ».

Je me suis pointé comme une fleur à 13h30 car je n’avais pas vu le mail (cette boîte mail n’est pas configurée sur mon smartphone). Je suis le seul à penser que quelques heures avant un rdv il faut appeler (ou envoyer un SMS à minima) lorsqu’un rdv est annulé afin de s’assurer que la personne a bien eu l’information ?

Recruter… Postuler…

Dans les ESN (Entreprise de services du numérique), des chargés de recrutement rabattent les profils/CV intéressants. C’est l’ingénieur commercial qui vous reçoit. Ça donne des situations assez cocasses. Il m’est arrivé que des chargés de recrutement de la même ESN m’appellent chacun à leur tour, ça c’est le moins dérangeant.

J’ai 4 appels de la même ESN par deux chargés de recrutement différents. Je me décide à aller au rdv convaincu par la présence d’un ami dans l’ESN. Je rappelle que je n’ai pas postulé à un poste précis, j’ai été démarché. Durant l’entretien se produit quelque chose d’extraordinaire. L’ingénieur commercial demande sur quel poste je postule… Heureusement il a fait la réponse tout seul. Quelques instants plus tard il m’avoue que si mon ami n’avait pas souligné mes qualités, il n’aurait probablement pas accepté le rdv…

On finit par se demander qui postule pour quoi et qui recrute pour quoi. Ce matin-là on était 6 à avoir rdv à 10h00 pour des premiers entretiens d’embauche dans une grosse ESN.

De la viande

Je n’aime pas quand on fait des généralités, j’essaie de ne pas en faire. Je n’ai rien contre les chargés de recrutement, ingénieurs commerciaux, cabinets de recrutement mais en 1 mois j’ai eu le condensé de ce qu’on pouvait voir de pire. Ces fonctions sont proches des ressources humaines et pourtant l’humain est traité comme de la viande.

3 propositions sur 4 étaient pour du Windows, on a dû me demander une fois sur deux ce que je voulais faire (Linux) bien que ce soit renseigné dans les premières lignes de mon CV. On sent clairement qu’on essaie de nous rentrer dans des cases, sans parfois y arriver. On sait que le CV est lu en diagonale, un logiciel « passoire » informatique matche les « mots-clés » et fait ressortir le CV/profil au recruteur. Dire que c’est déshumanisant est un euphémisme. On a tendance à penser avec une logique « humaine » du type c’est marqué sur mon CV alors que justement le CV est traité par un logiciel fonctionnant surtout avec des « mots-clés ».

L’automatisation est probablement nécessaire pour faire un premier tri et accéder plus rapidement aux profils recherchés mais dès qu’on bascule dans la relation recruteur-postulant, il devrait y avoir tout de suite une « correction » humaine. L’entretien téléphonique sert à confirmer que le candidat rentre dans certaines autres cases : Disponibilité, mobilité, prétentions salariales, raisons du départ de votre poste actuel. Le rdv ne remonte pas le niveau, on sent le jugement sur la présentation, la préparation de l’entretien, l’élocution, la motivation, les connaissances. Toute l’énergie et l’intelligence sont tournées vers le poste pas vers le postulant. L’humain compte très peu dans ces étapes, c’est le profil qui est prédominant. Tout cela pour arriver enfin devant le recruteur/client final qui lui juge l’humain, la personne. Le postulant lui va se demander ce qu’il fout là et se dira qu’il a de la chance qu’on lui propose un poste (car les temps sont durs).

L’humain c’est tellement plus qu’un profil. L’habit ne fait pas le moine.

Déjà 20 avis pertinents dans Quelques anecdotes sur ma recherche d’emploi

Waouh, j’avais jamais entendu ça. Est-ce qu’il est possible de connaître la formation et le parcours qui permettraient d’être contacté par des recruteurs sans avoir besoin de les solliciter ?
Salut camarade,

Malheureusement est venu le temps où il n’y a pas de travail pour tout le monde.
Si mes grands-parents me racontaient claquer la porte et être embauchés ailleurs le lendemain, il n’en est plus du tout la même de nos jours.
Maintenant ce sont les entreprises qui font la loi du recrutement, et comme le fameux conseiller d’orientation au collège, ils casent les ‘personnes’ selon les besoins, les facultés, diplômes, les places, mais en aucun cas selon une affection particulière.

Si tu as fait du Windows pendant 10 ans, c’est que tu sais en faire, alors que du Linux on va peut-être perdre du temps à te former ou t’aiguiller. Time is money, tu feras du Windows.

Tu l’as dit, dans ce géant manège, tu n’es pas une personne : un simple dossier à caser, une croix à cocher.

comme tu le sais au final j’ai trouvé un job autour de Linux, il y a donc encore des possibilités ;)

Tcho !

Le problème est aussi d’avoir en face une personne qui sait de quoi tu causes. Ce n’était pas le cas des fois dans mon domaine…et lorsque tu n’es pas dans une case, ou dans la bonne, c’est dur.
Salut Ice,

Je dirais que ce n’est pas un problème, je n’ai jamais eu un recruteur en face de moi qui savait de quoi je cause lol. Je fais avec. C’est triste mais ça me parait en même temps normal, moi-même je suis incapable d’avoir des connaissances dans tous les domaines de l’informatique (dev, adminsys, linux, windows, virtualisation, BDD, etc.). Le recruteur/client final lui sait car c’est souvent ton futur supérieur qui te fait passer l’entretien.

Tcho !

En fait pas si différent de ce que j’ai pu vivre il y a une quinzaine d’années, l’immédiateté technologique en moins.
Je pense que ça doit exister aussi pour les métiers manuels où il y a de la demande. Il faut aussi réaliser que ces recruteurs ont pour but de faire rentrer un maximum de monde dans un maximum de cases quitte à forcer un peu (beaucoup?)
Je suis actuellement dans un cas assez similaire à ce que tu décris et c’est assez déprimant à la longue.
Mes priorités sont GNU/Linux, la localisation géographique, le salaire mais c’est assez difficile de le faire comprendre ou alors quand ils daignent comprendre et te reçoivent, en fait ils n’ont rien compris et l’envie de partir sans un mot est déjà arrivée.
Article intéressant… Parfois, je regrette de ne pas pouvoir travailler dans ce milieu (n’ayant pas de diplôme) mais lorsque je lis ce genre de récit, je me dis que j’aurais bien trop peur que ces pratiques déshumanisantes ne cassent ma passion pour tout ce qui touche de près ou de loin à l’informatique.
Et là encore, je m’interroge sur ce qu’est devenue la valeur travail lorsque cette dernière se coupe de toute forme de plaisir, de toute passion…
Tiens! Ça m’donne envie d’chialer!
Salut ,

Il est vrai qu’il faut garder le moral, j’ai eu ma baisse de régime moi-aussi. Il faut continuer à y croire, tu vas y arriver.

Tcho !

Yo ,

Il faut pas déprimer ! lol

Pour ma part ça s’est bien terminé, la passion est un bon levier pour décrocher le gros lot.

Tcho !

De la viande, c’est exactement ce qu’on est. Surtout les sociétés de recrutement. Je me suis farci des km pour rien parce que des recruteurs de ces cabinets (comprenez ce que vous voulez) devaient simplement justifier leur journée avec des entretiens, et gagner leur salaire en empilant des CV, même s’ils ne comprenaient pas ce qu’ils contenaient.
Je raconte 2 anecdotes (sans rapport avec les cabinets de recrutement cette fois) sur mon blog ici :
gauchiste.fr/post/2016/07/06/2-400-km-aller-retour
gauchiste.fr/post/2016/03/12/Recherche-d-emploi-%3A-Trop-bon%2C-trop-con-%21
(ajoutez http truc, car si je le mets, on me dit que je suis du spam !)
J’en ai encore plein à raconter. Et dans mon cas, ma motivation n’a servi à rien. Autant dire qu’elle s’est dissoute avec le temps.
, en ce qui me concerne je fais un gros gros tri et je me déplace pour de bonnes raisons. J’ai lu tes anecdotes, pas la joie lol.

Tcho !

Après, y’a toutes les anecdotes sur les boulots pourris où tu découvres que tu aurais mieux gagné ta vie à ne pas bosser, dans les assos où tu es déclaré bénévole après-coup, etc. Mais dans ton créneau, je pense que cela n’arrive pas. Après, puis on migre doucement vers les problèmes liés à pôle emploi… c’est un sujet différent, mais les problèmes sont finalement très semblables. Tu es de la viande. On se dirige vers un système de hotline emploi d’intimidation automatisé et privatisé. Le bonheur…
Le recrutement dans l’informatique est lamentable. Nous sommes considérés comme de la viande. Nous sommes les nouveaux ouvriers spécialisés. Nous finirons comme les salariés de l’automobile. Un conseil : ne vous rendez même pas aux entretiens quand vous ne les sentez pas. 90% des annonces informatiques sont du bullshit.
Ah au fait, oubliez la valeur travail, maintenant c’est la valeur faux cul, fumiste qui prime ! Vous allez apprendre à faire de la merde et finir par en être satisfait !

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.