La vieille garde toujours debout

A partir de mon dernier article Mortifère, il y a eu 4 rebonds : Cyrille, Iceman, arpinux et alterlibriste.

A ce stade je voulais remercier chacun d’entre eux de leurs réflexions et je précise tout de suite que c’est mon dernier article.

Je pense que la bonne volonté a ses limites. On peut évidemment échanger des arguments et des idées mais si le cœur n’y est plus alors ça ne sert à rien. Bien que ça fasse plaisir de voir encore une certaine forme de camaraderie, ça ne m’enlève pas les idées noires qui me parcourent quand je surfe sur le net.

https://www.stophomophobie.com/timour-boulatov-cet-activiste-russe-anti-lgbt-qui-traque-les-enseignants-homosexuels/
http://www.numerama.com/politique/222533-cyber-harcelement-sur-le-18-25-jeuxvideo-com-pourra-t-il-se-sauver-de-sa-communaute.html
http://www.2girls1mag.com/babylone-2-0-52-000-connards/
http://rue89.nouvelobs.com/2017/01/05/non-lieu-apres-menaces-viol-facebook-twitter-serieux-266025
https://www.nextinpact.com/news/102758-neutralite-net-operateurs-americains-attaquent-deja-obligations-sur-vie-privee.htm
http://www.silicon.fr/quand-les-ultrasons-desanonymisent-les-utilisateurs-de-tor-166514.html
https://www.nextinpact.com/news/102782-samsung-veut-glisser-publicite-ciblee-dans-ses-tv-connectees.htm

Je crois que je m’en fous de savoir si le net c’était mieux avant. Quand je relis la déclaration de John Perry Barlow, je me dis juste que ça aurait pu être une grande chose et que c’est seulement un grand gâchis. Personne ne conteste que le modèle d’affaires du web c’est la surveillance. J’avoue que je n’aime pas cette faculté de l’être humain à accepter les pires horreurs et les pires conneries « parce qu’on n’a pas le choix de toute façon ».

Ça me met en colère. Bien-sûr qu’on a le choix, bien-sûr que ça aurait pu être autrement. Moi en tant qu’individu je me demande aujourd’hui si je veux continuer à « contribuer » à cela.

Cyrille a argumenté pour dire qu’au final on n’aura pas le choix, le net sera une obligation. C’est intéressant car cela questionne le choix de chacun, ses obligations. Nous serons donc soumis de facto au net et par extension à sa surveillance ? Le net est-il en train de devenir l’outil de surveillance le plus puissant jamais inventé ?

Sur le net on échange, on apprend, on partage. Des choses que nous sommes encore capables de faire avec des livres, une clé USB, d’autres personnes, déconnectés. C’est ce que je vais faire. Je vais aller au cinéma, je vais m’occuper de mon fils, je vais voir des gens en vrai, je vais lire les cahiers du débutant et des tonnes de livres que j’ai en retard, je vais même continuer à lire des tonnes d’articles sur le net. Parce qu’il y a une différence fondamentale entre consommer le contenu et en produire, entre consommateur et producteur, c’est faire.

Le commentaire d’arpinux résume bien ce que je suis en train de faire, un recul nécessaire, une réflexion avant une action mieux définie. Il vaut mieux savoir où l’on souhaite aller si on veut y aller…

Quand je lis nos articles, je ne peux m’empêcher de voir des gens qui ont des pensées, un mode de fonctionnement, une éthique à l’ancienne. Les valeurs que nous défendons, les réflexions que nous portons n’intéressent quasiment plus personne. Si nos articles attirent 200 lecteurs c’est bien. Alors oui ce n’est pas parce que le monde est pourri qu’on doit tout abandonner, oublier nos valeurs. C’est juste qu’en ce moment je rapproche mon envie de partager avec mon envie (besoin ?) d’être utile. J’assume cet enjeu, être utile, vouloir changer les choses.

Le blogging c’est old-school. Aujourd’hui ce qui est porteur c’est la vidéo et les réseaux sociaux, YouTube, musical.ly, Facebook, Twitter. On sait que l’audience est là-bas et non pas en train de lire nos blogs. Les temps changent, les générations évoluent. La vieille garde des blogueurs – de ceux qui veulent partager – est toujours là, debout… mais davantage pour le geste que pour arriver à changer les choses. Je veux bien faire preuve d’optimisme mais regardez le nombre de vues de nos articles et allez regarder une vidéo YouTube sur les chats, Gangnam Style…

Cultiver notre propre jardin… j’acquiesce totalement mais je crois que nous voulons quand-même fortement que les choses changent et aillent dans le bon sens. Je ne blogue pas pour le plaisir de voir mon nom sur un article, j’ai la prétention d’espérer que ça va servir à d’autres, que je vais apporter ma petite pierre à l’édifice. Si ça ne change rien, si c’est une goutte d’eau dans le désert…

Nous sommes des dinosaures en voie de disparition empêtrées dans nos valeurs, notre éthique, quasiment incapable de sortir de la bulle des gens déjà convaincus qui nous entourent.

Ce que j’aime faire c’est bloguer, c’est à ma hauteur, c’est mes mots. Je n’irais pas sur Facebook pour faire connaître mes idées, je n’irais pas sur YouTube faire des vidéos et simultanément je me condamnerais à avoir une audience extrêmement faible en contradiction totale avec mon époque et ses outils.

J’assume mes contradictions, je les partage, je les donne à contempler sous forme de témoignage. Elles m’interrogent, où je me situe et où je veux aller ?

Pourquoi Internet ? Pour communiquer, échanger des informations, partager des informations. Est-ce que le but est atteint, est-ce que l’outil fait le job ? Quiconque communique par Internet (articles, vidéos, mails…) sera d’accord pour dire que ça a complexifié les échanges en même temps que ça nous a rapproché (en terme de distance et de temps). Au final on a rajouté une couche de complexité à notre impuissance à communiquer entre nous.

Internet aurait pu nous rassembler, il nous divise. Il n’a pas aidé à mieux nous comprendre, à mieux communiquer. Il nous a renvoyé à notre propre ego, à notre arrogance de penser qu’on peut confier à un outil le soin de faire l’effort de se rapprocher de l’autre.

Déjà 11 avis pertinents dans La vieille garde toujours debout

Dans la vie ce qui compte c’est pas l’issue mais c’est le combat, c’est pas de moi mais de Mano Solo, je partage cette vision des choses.

Bon vent l’ami et à dans quinze jours pour le prochain article :D

Les articles que tu cites ont surtout à voir avec la nature humaine et sa bêtise.

Soit ton constat est erroné, soit la réponse que tu y apportes n’est pas la bonne.

Si internet est bon à jeter à la poubelle, arrête tout simplement de t’y connecter. Mais je suis sûr que ce n’est pas ce que tu penses et qu’il y a encore des parties qui sont intéressantes. Sauf que penser que l’arrêt de bloguer est synonyme de ne plus participer au désastre est faux, voire contraire à ce qu’il faudrait faire.

Bien sûr que cela ne va rien changer et qu’il n’y aura qu’une faible audience mais crois-tu vraiment qu’une vidéo de chat ou d’autres conneries changent le monde ? Elle ne font que le divertir parce que certains ne cherchent que ça et d’autres ne crachent pas dessus entre deux autres trucs un peu plus sérieux.

Es-tu tombé de la dernière pluie pour te rendre compte qu’il y a des tas d’horreurs dans le monde on ne les voyais-tu pas avant ? Ou alors parce que tu espérais qu’elles ne touchent pas ton lieu d’utopie décrit par Barlow ? Parce que ce n’était qu’une utopie et qu’aucune société parfaite n’existe, ni physiquement, ni virtuellement.

Bienvenue dans la matrice Néo !
J’ai un déguisement de Bisounours à revendre si ça t’intéresse.

    Salute,

    Je crois… que tu essaies de me convaincre, pas de me comprendre. Il faut pas t’inquiéter, je serai toujours là prêt à te balancer un mail à rallonge ;p

    J’ai déjà un déguisement de lapin blanc et puis celui de Bisounours est fait sur mesure pour toi hi, hi, hi.

    Tcho !

Hello
Oui parfois le coeur n’y est plus et la pause permet de voir les choses autrement.

Je suis passé par là… Et si tout ce que nous faisons etait utile, ça se saurait. Prends le temps, ton temps, et puis on verra ;-)

A bientôt

Ca fait du bien de lire des choses pareilles, j’ai l’impression que c’est notre génération (before 40 !) qui peut encore penser comme ça. Les « millenials » ne connaîtront malheureusement pas ce Net d’avant où j’avais l’impression de « partir à l’aventure » et « à la découverte » chaque matin. Sortir, se déconnecter pour Vivre, exactement, c’est ce que je fais depuis quelques années aussi déjà. Y’a une assoce où l’on peut tous se rencontrer quelque part ? Ca serait tip top :) PS : je cherche aussi du taf à Lyon…
« Internet aurait pu nous rassembler, il nous divise. Il n’a pas aidé à mieux nous comprendre, à mieux communiquer. Il nous a renvoyé à notre propre ego, à notre arrogance de penser qu’on peut confier à un outil le soin de faire l’effort de se rapprocher de l’autre. »

Très intéressant.
Tu en attendais trop peut-être aussi. D’autres centres d’intérêts existent par ailleurs et tu le sais, bien stimulants, bien enrichissants sur le plan humain, et avec des traces aussi sur internet, plus cachées, à chercher, à mériter car le web reste tout de même encore l’un des liens possibles à travers un monde même s’il n’est pas le seul.

Bonne suite.

    Salut cep,

    Ça faisait longtemps, ravi de te voir ici.

    Je ne crois pas que j’attendais trop de choses d’Internet. Je crois que je n’avais tout simplement pas pris le recul nécessaire pour savoir ce que j’en attendais. J’ai tout simplement pas questionné l’outil, c’était là quand j’avais 12 ans, c’était LE truc, j’étais dessus. Je remets aujourd’hui les wagons sur les rails et j’essaie de les mettre en ordre. J’essaie. J’ai beaucoup de choses à poser/réfléchir.

    Tout à fait d’accord avec ce que tu dis. J’ai cependant du boulot. En deux ans j’ai vu et discuté de beaucoup de choses, touché du doigt certaines qui me semblaient intouchables. Il est temps aujourd’hui de faire le tri puis de passer aux priorités. L’ampleur de la tâche est grande puisque ça recouvre aussi ma vie familiale et professionnelle.

    Tcho !

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.