La paralysie de la décision

Il y a des écrits comme ça qui font mouche, pas grand-chose à rajouter. Ci-dessous un copier-coller tiré de cet article.


Il n’est pas toujours facile de choisir un film sur Netflix. Vous vous installez devant votre écran, faites défiler les menus passant des comédies aux drames. Vous sélectionnez un film, lisez son résumé qui vous en fait perdre l’intérêt… Vous en cherchez un autre… Et après avoir passé trop de temps à choisir sans trouver, vous éteignez rageur la télé ou l’ordinateur.

Ça vous arrive aussi ? “Le phénomène ici décrit s’appelle la surcharge de choix ou la paralysie de la décision”, explique le psychologue Benjamin Scheibehenne. Plus vous donnez d’options à choisir aux gens, plus il leur faut du temps pour le faire, ce qui a tendance au final à les frustrer. Et ce démon de la décision bien connu nous pousse à passer plus de temps à décider qu’à faire. C’est le paradoxe de l’âne de Buridan, qui, affamé et assoiffé, doit choisir entre boire et manger, et qui meurt de n’arriver à se décider.

Appliqué au marketing le paradoxe revient à tenter de savoir s’il faut diminuer le nombre d’options qui nous sont proposées ou les élargir. Le problème explique le psychologue n’est pas tant le choix que notre état d’esprit face à lui ou son importance. Si vous devez choisir de vous marier ou de quitter votre emploi, ça vaut certainement le coup d’y réfléchir un peu. Sinon, si vous cherchez la meilleure option – le meilleur film -, cela va vous rendre la vie (et le choix) plus dure. Quand on est en prise à un choix difficile, il faut d’abord savoir si vous voulez passer du temps à résoudre cette question.

Plutôt que de chercher à optimiser le résultat, il est souvent plus efficace de lâcher prise pour pouvoir penser à des choses plus importantes.

A l’heure de cette nouvelle forme de surcharge attentionnelle, le besoin de filtrer, classer, hiérarchiser et juger n’a pas disparu dans le flux du temps réel perpétuel auquel l’internet nous soumet.


Je pense que la surcharge de choix devant le nombre important de distributions frustre les nouveaux arrivants. Il est difficile de choisir sa distribution. Je pense que nous sommes nombreux à choisir en tâtonnant/testant plusieurs distributions avant de décider celle qui restera pour un bon moment sur notre pc.

Plus vous donnez d’options à choisir aux gens, plus il leur faut du temps pour le faire, ce qui a tendance au final à les frustrer.

C’est assez drôle on préfère en fait avoir moins de choix/liberté, c’est plus simple. Exercer sa liberté, avoir et faire des choix est coûteux en temps, en énergie, en ressources. C’est long, douloureux, compliqué, fatiguant mais à la fin c’est vraiment notre choix.

Déjà 2 avis pertinents dans La paralysie de la décision

  • alterlibriste
    Et si le secret était de partir de ses envies et besoins précis plutôt que de la multitude des propositions pour la plupart médiocres ?

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.