En retour – 5

Je trouve important de conserver votre confiance et rétablir la vérité lorsqu’il y a des erreurs/approximations commises. Je vais donc préciser quelques points aujourd’hui.

J’ai renommé l’article Du côté de chez Red Hat en L’innovation du côté de chez Red Hat car le titre n’était pas explicite.

J’ai écrit L’innovation du côté de chez Red Hat afin de présenter les innovations du moment chez Red Hat. C’était le premier article d’une série consacrée à l’innovation dans 3 grandes familles Linux : Red Hat, Ubuntu, Debian. L’article suivant sera « L’innovation du côté de chez Ubuntu » suivi par « L’innovation du côté de chez Debian », je ferai ensuite un bilan sur le manque d’innovations chez Debian par rapport à ses concurrents.

Ma démarche est premièrement de montrer les innovations de chacune de ces 3 grandes familles et dans un second temps de démontrer par la comparaison entre ces familles que le projet Debian n’innove plus.

Pourquoi je fais ça ? Tout le monde sait ici que j’aime Debian et je vous le dis franchement j’ai peur pour Debian, c’est pour cela que je vais critiquer son manque d’innovation de manière féroce, pour que la distribution « reine » ne s’endorme pas sur ses lauriers. Dans l’informatique on ne peut pas survivre sur ses acquis, il faut innover.

Chez moi quand on aime quelque chose, on le critique. Pour trouver ses défauts, ses faiblesses et ainsi pouvoir ensuite l’améliorer encore, le pousser à être meilleur, le maintenir au top. Ce n’est pas en se contentant de ce que l’on a, qu’on progresse. La survie d’une distribution est liée à la nécessité impérieuse d’évoluer.

Nous parlons ici d’informatique. C’est une évolution constante, une adaptation nécessaire, une lutte RÉELLE pour survivre. Peu importe le système d’exploitation si ce système se fait dépasser, il est voué à disparaitre. L’informatique c’est une course incessante au progrès. Ceux qui ne suivent pas, disparaissent.

Alors oui ça fait mal de l’entendre mais il faut être prêt à accueillir la critique si on n’a aucun argument à lui opposer.

Les exemples d’innovation pour les distributions autour de Red Hat je ne vais pas les réécrire ici, il faut aller lire l’article. Évidemment Red Hat est une entreprise et Debian une organisation communautaire, pour autant Red Hat ne peut pas « couler » Debian en proposant une meilleure distribution ?

CentOS est libre et gratuite, pérenne, fiable comme Debian. Le projet CentOS n’est pas lié légalement à l’entreprise Red Hat, le projet CentOS n’est pas financé par Red Hat. La « relation » c’est que CentOS reprend les paquets mis en open source par Red Hat sur sa distribution RHEL (Red Hat Entreprise Linux) pour les distribuer gratuitement. Debian est une organisation que je vais qualifier d’autonome, CentOS s’arrêtera « probablement » si Red Hat ferme ses portes car RHEL n’existera plus. Pour autant CentOS n’est pas une alternative à Debian ? Un concurrent ? Un choix viable de distribution quand on veut installer un GNU/Linux ?

CentOS, Fedora, RHEL sont des concurrents de Debian… et avec de sacrés atouts. Debian ferait mieux d’arrêter de toiser du regard les autres distributions et redescendre dans l’arène de l’innovation pour rappeler à tous qui est la patronne.

Déjà 13 avis pertinents dans En retour – 5

Tu manquais de commentaires hargneux et dévastateurs ?

Le logiciel libre n’est pas à regarder sous l’angle de la concurrence et si Debian avait dû mourir, c’est Ubuntu qui en aurait été la cause.

Mais avant de te lancer de cailloux, j’aimerais bien que tu nous définisses ce qu’est être innovateur pour une distribution, surtout une distribution qui à pour buts premiers la stabilité, la fiabilité et la sécurité ?

Attention de ne pas se faire contaminer par le courant de pensée qui veut que celui qui n’innove pas meurt, l’innovation n’est qu’une roue à hamster où chacun veut courir plus vite que son voisin mais ne fait que du sur place. C’est du vent. Et parfois ça mène à des impasses ou des machines arrière ; beaucoup d’énergie dépensée pour rien.
Regarde juste Gnome et Xfce. Je pense que la comparaison n’est pas si mauvaise. Celui qui prend son temps et n’innove pas poursuit son chemin en intégrant les évolutions qui sont réellement adoptées tout en préservant les habitudes de ses utilisateurs.
Ce que je trouve assez troublant, c’est que tu n’utilises justement que des choses (distro, DE, veille, moyens de communication) non innovants et que tu le leur reproche. Peut-être (en fait c’est sûr) qu’il y a des utilisateurs qui ne veulent pas d’innovations (dur de faire mourir XP). Les prendre en compte pourrait bien être une belle innovation.

    Salute,

    Je sens que le débat va être passionné, passionnant et piquant lol.

    Le logiciel libre n’est pas à regarder sous l’angle de la concurrence et si Debian avait dû mourir, c’est Ubuntu qui en aurait été la cause –> Le choix que nous avons tous de choisir une distribution met de facto en concurrence les distributions. D’ailleurs aujourd’hui en France la plus renommée est Debian, elle peut encore mourir de la main de Brutus Ubuntu.

    Innovation : Créer ou trouver des solutions nouvelles. Chez Red Hat / Fedora / CentOS ça se traduit par Cockpit, les Software Collections, Copr par exemple. Par exemple j’aimerais bien voir arriver un support de 5 ans sous Debian (pour rappel il y a un début avec Debian LTS), les Software Collections. Je rappelle également que systemd n’est pas apparu par magie… le projet Debian fait quoi de son côté ?

    Debian tient ses promesses de contrat social, d’un nombre de paquets conséquents et comme tu le rappelles stabilité/fiabilité/sécurité. Donc le futur dans 20 ans, c’est toujours ça chez Debian ? Je nomme innovation la remarquable idée et le fantastique travail de Raphaël Hertzog pour amener Debian LTS sur le devant de la scène. Quoi d’autre comme innovation chez Debian ?? Je n’ai pas la science infuse, je peux parfaitement me tromper, on peut me citer d’autres exemples récents.

    Oui celui qui n’innove pas meurt, c’est l’informatique qui est comme ça. Il n’est pas tenable pour un utilisateur de continuer à utiliser XP, le matériel évolue, les logiciels et la sécurité également. Si l’utilisateur veut continuer à l’utiliser, il est libre de le faire mais la majorité des utilisateurs suivra les MAJ des systèmes d’exploitation. C’est logique, normal et à préconiser ne serait-ce que d’un point de vue sécurité.

    Tcho !

      Ah mince je n’ai pas pu modifier le message d’avant, que je voulais modifier pour incorporer cette réponse:
       » Le choix que nous avons tous de choisir une distribution met de facto en concurrence les distributions. D’ailleurs aujourd’hui en France la plus renommée est Debian, elle peut encore mourir de la main de Brutus Ubuntu. » -> Ubuntu ne pouvait pas faire grand mal a Debian sans se faire mal elle même… Si Debian mourrait par la main d’ubuntu, je ne suis pas sur que celle ci survivrait…

       » Par exemple j’aimerais bien voir arriver un support de 5 ans sous Debian (pour rappel il y a un début avec Debian LTS) » -> Bien pour un monde professionnel mais comme je le dis dans mon billet (va arriver le 29) plus de support veut dire plus de mains d’oeuvre, main d’oeuvre qui seront défait d’autre part, de plus ça veut aussi dire plusieurs stable a maintenir en même temps ce qui est stupide pour un projet qui est basé sur le volontariat… Surtout que le passage d’une version a une autre est normalement garantie..

      « Je rappelle également que systemd n’est pas apparu par magie… le projet Debian fait quoi de son côté ? » ->A t’on encore besoin de rappeler que ce truc est fait par redhat société éditrice d’une distribution avec du support payant, faut bien qu’elle mette au points des choses qui améliorent ses projets vu le prix d’une redhat… D’autre projet avait le même but mais bon… Je ne pense pas que c’est a Debian de faire de telle evolutions…

      « Debian tient ses promesses de contrat social, d’un nombre de paquets conséquents et comme tu le rappelles stabilité/fiabilité/sécurité. Donc le futur dans 20 ans, c’est toujours ça chez Debian ? Je nomme innovation la remarquable idée et le fantastique travail de Raphaël Hertzog pour amener Debian LTS sur le devant de la scène. Quoi d’autre comme innovation chez Debian ?? Je n’ai pas la science infuse, je peux parfaitement me tromper, on peut me citer d’autres exemples récents. » ->C’est déjà pas mal, redhat a t’il autant de paquets pour le personnel que je suis? Dans 20 ans j’espere que debian sera la meme, c’est ça debian, quand je vois l’innovation de gnome3 je me dis vaut mieux rester dans de la simple evolution comme mate, xfce… Meme kde4 fut un bordel par rapport a la version3… Et le 5 fait aussi couler pas mal d’encre sur des pertes de fonctions…

      Je te dirais qu’un truc, c’est le modèle commercial et propriétaire qui a mis en place ce besoin d’évoluer en faisant des révolutions, la ou dans le libre il n’était question que de poursuivre l’existant et de l’améliore… Debian venant de la mentalité du libre poursuit en améliorant l’acquis la ou redhat a besoin de révolutions pour faire passer le prix de ses prestations… Centos n’est rien d’autre que le moyen de couler une concurrence qui reprenait les sources de redhat et vendaient des binaire et des services moins chère, comme Oracle… Avec centos, redhat casse ce genre de concurrent.

        Tes remarques ne manquent pas d’intérêt. J’attendrai ton billet du 29 pour voir la totalité de tes arguments. Je vais voir aussi si d’autres lecteurs se reconnaissent dans tes mots.

        Je reprécise que je n’ai pas la science infuse, j’ouvre le débat avec cette série pour faire un point sur l’innovation chez Red Hat, Ubuntu, Debian. J’espère que les lecteurs m’apprendront des choses, je suis peut-être passé à côté de certaines nouveautés/innovations.

        Tcho !

          Je te rassure alors on est deux a ne pas avoir las science infuse ;)
          En faite non seulement tu compare des distributions mais aussi deux types de communauté, et aussi 2 mode opensource contre logiciel libre, mais aussi deux mode de vie commerciale communautaire…

          Enfin de compte d’une simple comparaison, tu es partis sur un plus vaste débat ;)
          J’aimerais vraiment que tu continus sur plusieurs distribution (suse, slack, gentoo, arch ou autre oracle), tu pourrais voir de cette manière qu’en faite c’est plutôt famille communautaire sans but lucratif (debian, gentoo…) et famille commerciale a but lucratif (redhat, suse, canonical…). De cette manière, tu remarqueras que les gentoo et autre slack sont dans la meme mentalité que debian, mageia idem, la ou canonical, suse et redhat(et les autres) sont dans la recherche pour attiter le client.
          Note au passage que je parle de clients pour les redhat et autres, alors que je parle d’utilisateurs pour les debian et autres. C’est important.

          Pour mon billet, je n’ai pas la qualité de tes écrits, j’écris comme je parle, c’est a dire dans un français bas de gamme avec peut etre des phrases qui peuvent etre pris pour des attaques, ce n’est pas le cas du tout.
          Amicalement

          Hello,

          Alors attention j’ai justement fait le billet « En retour – 5 » afin de préciser que non je ne compare pas les distributions, je parle des innovations dans chaque famille (Red Hat, Ubuntu, Debian). Il serait déplacé de comparer l’incomparable, comme tu le dis elles n’ont pas les mêmes objectifs, le même fonctionnement, etc.

          Tcho !

    Tiens sans faire exprès j’ai repris a mon compte a peu prés les mêmes exemples que sont gnome et xfce… Ce que j’ai oublié dans mon billet c’est de dire ceci:
    Comment faire des révolutions avec des outils qui n’ont plus ou peu besoin d’évolutions? Par exemple, APT, que faire de plus si ce n’est que de donner que de léger coup de pinceau? Il y a pas mal d’outils que je pourrais prendre en exemple.
      Il y a toujours quelque chose à faire : changer de langage de programmation, refonte graphique, toiletter le code. Par exemple tu parles de APT, moi ça me fait penser que Fedora vient de quitter Yum pour passer à DNF : « DNF est le nouveau gestionnaire de paquets pour les distributions basées sur « RPM » (RPM Package Manager). Conçu de sorte à rester très proche de Yum à l’usage, il n’en reste pas moins un tout nouvel outil nettement plus performant, doté de fonctions de gestions et de résolutions des dépendances beaucoup plus avancées (librairie libsolv + API Hawkey) ».

      D’ailleurs apt-get commence à être remplacé par apt, ça c’est une bonne innovation chez Debian : « apt-get est la première interface — en ligne de commande — développée dans le cadre du projet. apt est une deuxième interface en ligne de commande fournie par APT qui corrige quelques erreurs de conception de apt-get ».

      Tcho !

        Et c’est la ou tu tombe dans le « piege »;
        « moi ça me fait penser que Fedora vient de quitter Yum pour passer à DNF : « DNF est le nouveau gestionnaire de paquets pour les distributions basées sur « RPM » (RPM Package Manager). Conçu de sorte à rester très proche de Yum à l’usage, il n’en reste pas moins un tout nouvel outil nettement plus performant, » -> YUM n’a jamais été écrit par Redhat, mais par Yellow Dog Linux. C’est a dire que Redhat n’avait pas ecrit a un utilitaire aussi vitale que peut l’etre ce genre de chose, la ou debian en a eu un tres tôt…
        la commande apt n’est pas une nouvelle application, c’est un racourcie des fonctions de apt-get, un peu comme wajig, du reste apt-get n’est qu’une interface aux outils de APT, bref je m’y perd, si quelqu’un peut dire plus sur ça car c’est un peu le grand flou…

        Pour la partie APT, je me melange un peu les pinceaux, je sais que APT sont des outils, apt-get est une interfacen que aptitude en est une autre, il m’a semblé comprendre que apt etait encore une simplification (un racourcie) qui a terme devait remplacer apt-get.
        Quand sort le reste de tes billets? j’ai hate de voir celui de Ubuntu. Pourquoi pas en faire sur la famille SUSE, la aussi tu aurait de l’innovation (yast, zypper, buidservice, btrsf, …).

          J’ai pas encore commencé à écrire le reste des billets mais j’ai les infos déjà. Je pense quand-même faire Ubuntu en août.

          Tcho !

      Justement et comme argument sur l’innovation apt est un bon exemple.
      La version en stable est à mi-chemin mais dans testing, on peu faire tout ce que permettait apt-get plus apt-cache ; c’est plus court et plus pratique d’avoir tout dans la même commande.
La fondation Debian est financée par HP. Mais je ne la trouve pas d’une grande transparence à ce sujet.
-> https://www.debian.org/partners/

J’avais la sensation que Red Hat et CentOS avaient un peu fusionné, gardant chacune leurs caractéristiques principales.
-> https://www.redhat.com/en/about/press-releases/red-hat-and-centos-join-forces

La distribution la plus innovante est aujourd’hui la Fedora. C’est d’elle que sont parties systemd, firewalld, etc. Elle fut une des 1ères à utiliser MariaDB.

    Salut Denis,

    J’ai cru comprendre que Fedora était un peu le labo de Red Hat ? Merci pour ces informations supplémentaires.

    Tcho !

La discussion est malheureusement close.