Vous ne le savez peut être pas mais vous votez tous les jours

La démocratie représentative à la française nous fait élire des représentants issus de partis politiques très fermés et contrôlés. Les votes sont assez peu nombreux et assez caricaturaux : on vous dit que vous êtes un bon citoyen parce que vous votez tous les 5 ans pour un président, un député ou un maire. Bravo. Rendormez vous.

Hors, si voter tous les 5 ans à des élections ne fait pas de nous un citoyen à part entière, il y a de nombreux moyens de s’exprimer en tant que citoyen.

Tout choix d’achat est un vote. Et l’ensemble de la population française semble voter pour la mondialisation, celle des produits venant des pays sans protection sociale, sans droit du travail pour protéger les employés, sans protection des enfants. Acheter des produits issus d’usines  polluantes, exploitant la misère sur place et enrichissant les actionnaires occidentaux est un vote, un choix de notre part.

Refuser d’acheter un produit polluant est un vote. J’ai décidé de ne pas acheter de voiture, j’ai voté (oui, certes, je vis dans une grande ville, c’est donc faisable).

Refuser d’acheter un produit provenant d’un pays dont vous ne partagez pas les valeurs est aussi un vote. Je n’achète pas de boissons ou de fruits provenant d’un pays en guerre contre mes idées. J’ai voté.

Se mettre devant TF1 et le JT de Jean-Pierre Pernaud est un vote. Regarder C dans l’air d’Yves Calvi et sa horde de pseudo économistes neutres est également un vote.
C’est voter pour l’endoctrinement de masse, c’est ne pas vouloir penser par soi-même et laisser son esprit critique entre les mains de gens qui ont un plan bien établi : se maintenir en haut de la pyramide alimentaire et installer un modèle social ou les intérêts privés écraseront l’intérêt général. Ces soit-disants économistes sont déjà bien dans la place : dans les conseils d’administration de grandes entreprises, collaborateurs de banques, conseillers de fonds spéculatifs (voir le documentaires Les Nouveaux Chiens de Garde).

Choisir Microsoft Office 365 plutôt que LibreOffice est un vote. C’est adhérer aux logiciels privateurs, fermés et incontrôlables. C’est voter pour une société étasunienne commerciale au comportement hégémonique. C’est inciter notre gouvernement à collaber avec cette même société en prétextant que leurs outils sont indispensables.

Mener une vie de citoyen ne se résume donc pas à insérer un bout de papier dans une urne avec un nom interchangeable d’un parti à l’autre.

Voter, c’est agir au quotidien via nos actions et choix personnels : via nos achats, nos loisirs et nos vacances, ainsi que dans notre temps passé au sein d’associations.

Ca, aucun politique ou entreprise ne peut nous l’enlever.

 

– Damien

Damien

A propos de Damien

Les thèmes qui me sont chers sont le respect de la vie privée et des droits des citoyens, la démocratie au sens littéral, le logiciel libre et la philosophie qui en découle.

Je ne suis pas le seul sur cette voie car je fais partie des 99%.

anonymat ? pseudonymat ?

Je signe mes billets par mon prénom, sans spécifier mon nom de famille, ni le mettre en avant, par souci de tranquillité. Tranquillité pour ma famille et mon milieu professionnel. Je m’en remets donc à pseudonymat « léger » et je peux décliner mon identité à toute autorité officielle si nécessaire.

Déjà 9 avis pertinents dans Vous ne le savez peut être pas mais vous votez tous les jours

Bonjour,
Merci pour ces réflexions pleines de bon sens.

Malheureusement, je pense que la réalité est beaucoup plus nuancée.
Par exemple, qu’est ce qu’une voiture polluante ? Est ce une voiture électrique ou hybride, très en vogue et non polluante à l’usage… Mais très polluante à fabriquer, et encore plus en fin de vie (élimination des batteries…).
Les pays en guerre contre tes idées : la France, par exemple (surtout depuis que la surveillance de masse est légale), et une majorité écrasante des pays occidentaux ?

Mon commentaire n’est pas une provocation, je crois sincèrement que le consommateur n’a qu’un choix très limité pour répondre à ses besoins. Choix rigoureusement bridé par les financiers des grands groupes qui ne veulent pas de concurrence.

Par contre, le citoyen peut s’impliquer et être beaucoup plus efficace : en s’impliquant, par exemple dans les associations comme tu le proposes, en temps que conseiller municipal, ou plus encore en sollicitant ses représentants − député(e) et sénateur(e) − qui sont, eux, les vrais leviers pour améliorer les choses.

L’avenir actuel est au désengagement des citoyens, non par désintérêt des citoyens eux-mêmes, mais par la volonté de l’État d’étendre sa main-mise sur les institutions. Aujourd’hui c’est la suppression des communautés de communes trop petites, la suppression des compétences des conseils départementaux et la suppression des syndicats de communes.
Conséquence : les conseils municipaux et les délégués de syndicats (bénévoles pour la majorité) se voient dépouillés de leurs compétences, de leur budgets, … Bref, de leur utilité !
« Citoyen, ne te mêle pas de l’avenir de ton pays, laisse-le aux Énarques dont c’est le métier ! »

En conclusion, il faut,au contraire, convaincre vos proches et vos voisins qu’il est important de participer à l’avenir de la collectivité.

    Si on part du principe que toutes les voitures polluent, le problème est plus ou moins reglé : il faut la prendre le moins possible si tu es en ville.

    Oui, je sais bien que la France est en guerre par moment et que ces guerres ne me plaisent pas non plus tout le temps… Je fais référence à d’autres pays ou mon action économique est un moindre geste. A grande échelle, cela marche.

    Le choix n’est pas tant bridé par les financiers des grands groupes que par le message avilissant de la télévision et de la publicité en général. C’est aux citoyens de se réveiller et d’agir, comme tu le dis en suscitant un réveil pour l’avenir de la collectivité.

« Ca, aucun politique ou entreprise ne peut nous l’enlever. »

Non en revanche les grands lobby peuvent nous l’enlever… Pour reprendre ton exemple informatique, je ne fais pas du photoshop, mais du traitement d’image, or le client lui ne connait pas Gimp, il connaît Photoshop, donc soit tu t’adaptes, soit tu perds ton client… Et en ce monde, l’argent ne fais pas le bonheur mais il est roi…

Pareil, je choisis de ne pas avoir de voiture, mais tu as la chance d’être en ville comme tu dis si bien, dans mon village natal, la boulangerie la plus proche était à 8km et pas plat, donc bien content d’avoir une voiture ou un moyen de transport car 0 bus, 0 transports en commun… Ensuite pour ce qui est du vote pour les produits, tu ne votes pas pour le produit, mais pour ce qu’on t’en dit… Par exemple, si je veux acheter du café, mais pas du brésil pour une raison alpha, et que tu achètes donc un café dont l’étiquette te dit qu’il vient du Mexique, qu’est ce qui te PROUVE qu’il ne vient pas du brésil?

Ce n’est pas parce qu’on achète un produit bio qu’il l’est à 100%… Les mensonges de la société font que l’on vote, mais vote-t-on vraiment pour ce que nous voulons? Tu as le choix de regarder TF1 ou France 2 ou NRJ12, mais si un programme dérange (même avec de très bonnes audiences), il ne sera plus diffusé et donc ton vote, il passera à côté de l’Urne…

Donc ouai c’est beau de faire la morale, mais en allant plus au dela du vote, pour quoi vote-t-on? Nous avons le choix, nous avons le vote, mais entre voter pour le loup ou le lion, autant ne pas voter du tout non?

    Non, j’insiste, les lobbys ne peuvent pas te contraindre à acheter ce que tu ne veux pas. Pas encore en tout cas.

    Pour la voiture, je me suis déjà prononcé sur ce contre-argument. Je peux m’en passer parce que je suis en ville. A la campagne, je ferais autrement. Mais combien de personnes, dans une ville comme Lyon, pourraient se passer d’une voiture et ne le font pas ? Ils ne le font pas donc ils ont choisi de polluer, de s’endetter et d’enrichir des banques et des assureurs.

    Quant à ce que nous vendent les industriels, des organismes publics et privés se chargent encore de vérifier la tracabilité et les conditions de production et d’élevage par exemple (voir le scandale des lasagnes au cheval, de la vache folle, des voitures Wolkswagen, des abattoirs où les animaux sont maltraités…), nous avons donc le choix, définitivement.

    Pour la télévision, j’ai un avis biaisé parce que je n’en ai plus depuis plus de 10 ans…

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.