Éloge de la violence

Alors comme ça nous, opposants à la loi El Khomri, nous serions violents ?

Sûr que nous sommes violents !

Il n’existe rien de tel que la non-violence dans une société humaine. Toute société humaine est traversée de conflit et de violence. Il n’y a pas d’opposition entre violence et non-violence. Il n’y a d’opposition qu’entre la violence légitimée et la violence délégitimée. Nos adversaires ne sont pas moins violents que nous. Leur violence fait juste l’objet d’un processus de légitimation.

Pourquoi la violence du Capital est-elle légitime ?

Pourquoi la violence de LVMH qui ferme des usines dans le nord pour partir exploiter la Pologne jetant des milliers de gens dans la misère est-elle légitime ?

Pourquoi la violence symbolique des grands patrons qui exhibent leurs indécente fortune est-elle légitime ?

Pourquoi le violence des centaines de SDF mourant de froid tous les hivers est-elle légitime ?

Pourquoi la violence d’un manager qui harcèle ses subordonnés pour produire du chiffre est-elle légitime ?

Pourquoi la violence d’un père qui cumule deux emplois pour joindre les deux bouts est-elle légitime ?

Pourquoi la violence d’une mère célibataire qui doit démarrer sa deuxième journée après être rentrée épuisée du travail est-elle légitime ?

Pourquoi la violence d’un travailleur qui est obligé de se farcir 3 heures de transport quotidiens pour se rendre et revenir du travail est-elle légitime ?

Pourquoi la violence d’une personne qui n’a que le R.S.A. pour survivre est-elle légitime ?

Pourquoi la violence verbale des privilégiés qui dénoncent l’assistanat tout en volant de l’argent à la société, en plaçant leur fortune dans des paradis fiscaux est-elle légitime ?

Pourquoi la violence d’un gouvernement qui passe en force une loi contre l’avis de 70% de sa population est-elle légitime ?

Et pourquoi, au nom de quoi, la violence physique de même intensité qui en résulte ; celle d’un peuple qui se révolte serait-elle illégitime ?

Oui, nous sommes violents puisqu’il n’y a que ça que les puissants comprennent. Une société qui n’est pas violente est une société qui n’évolue pas. Et une société qui n’évolue pas est une société qui meurt.

Notre salut ne viendra jamais d’un sursaut de bon sens de la part des puissants. Tout ce que nous avons acquis, toutes nos libertés, nous les avons conquises par la violence.

L’abolition de l’esclavage, elle vient de la violence de la révolution haïtienne de 1791.

Le suffrage universel, il vient de la violence de la révolution de 1848.

Le droit des femmes à l’avortement, il vient de la violence du manifeste des 343.

Le Front Populaire, les congés payés, le droit syndical, la semaine de 40 heures, ils viennent de la violence de la Commune de Paris de 1871 et de la lutte ouvrière.

La décolonisation de l’Algérie, elle vient de la violence du FLN.

Et la République Française… La République Française est née de la plus célébrée de toutes les violences : la révolution française et les 200 ans de troubles et de lutte qui l’ont suivi.

Nous devons être violents. Nous le devons pour l’Histoire et pour notre propre dignité.

Oui, nous sommes violents.

Soyons-en fiers !

Déjà 4 avis pertinents dans Éloge de la violence

  • yoalor
    Texte pertinent.
    Dommage de devoir passer par la violence pour faire changer les choses.
    Nous n’apprenons pas de notre histoire…ou plutôt que rien ne change.
  • Aknot
    C’est malheureusement le même constat que je dresse depuis quelques années.
    A se demander si « parfois » la violence morale n’est pas pire voire la pire.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.