Planet, quel avenir

Je précise tout de suite que cet article n’a pas vocation à convaincre mais à inviter à la réflexion. Cet article a été soumis à alterlibriste pour relecture et avant publication, c’est fait en toute transparence et sans aucune animosité avec le planet-libre. Je termine en disant que c’est une initiative personnelle et que mes mots n’engagent que moi aucunement mes camarades du Journal du hacker.

Il n’aura sûrement pas échappé à mes lecteurs que je ne suis pas sur planet-libre. J’y suis abonné via flux RSS comme probablement la grande majorité des lecteurs. Je respecte très sincèrement et très profondément ces institutions que sont les planet : planet-libre, planet-debian, planet-ubuntu, planet.auto-hebergement, etc.

Mais c’est dépassé. Quand je vois un planet comme planet-libre, je vois une relique du passé, nécessaire et utile en son temps mais dépassé aujourd’hui. Le plus gros défaut des planet, c’est qu’ils ne créent pas de communauté intrinsèque aux planet. Le planet on y passe pour aller ailleurs, sur des blogs ou des sites. On ne s’y retrouve pas pour discuter, échanger, partager ; les planet passent à côté de l’aspect essentiel aujourd’hui : l’aspect social.

Cet outil qui avait dans le passé une place centrale est aujourd’hui une dette qu’on a et qui augmente. Quel avenir pour les planet ? Ça fait le job incontestablement mais est-ce sexy, social, communautaire ?

Je n’ai jamais publié sur le planet-libre car publier sur un planet, c’est se coller une étiquette : “Debian”, “Ubuntu”, “Libriste”. Une étiquette doit servir à reconnaitre sa communauté mais elle devient problématique quand elle est clivante. Je vois certains blogueurs poster sur le planet-libre et sur le planet-debian par exemple. Ça ne choque que moi ? Carl rappelait récemment qu’il y avait DES communautés pas UNE communauté du Libre pour autant le planet-debian ne devrait pas déverser ses articles dans le planet-libre ? A mettre des étiquettes plutôt qu’à rapprocher les communautés, on a favorisé la division. Un blog on peut y parler du Libre mais on peut y parler d’autres choses car c’est personnel. Dois-je taguer “planet-fedora” sur mon article Du côté de chez Red Hat ou je parle quand-même trop de CentOS et de Red Hat pour que ça y figure ?

Je ne suis pas abonné à tous les planet seulement 3. Il y a des planet qui vivotent, deux articles par mois. C’est certes le reflet de l’activité de la communauté qui peut être faible mais à quoi bon maintenir le planet en vie ?

Arrivé là on se demande quel est l’intérêt d’un planet ? L’intérêt d’un planet c’est de mettre en lumière des articles qui parlent d’une étiquette (“Ubuntu” par exemple), donner de la visibilité, ramener du monde. C’est aussi de fédérer une communauté. Les planet offrent de moins en moins de visibilité et ne fédèrent pas.

Quand je vois antistress qui poste les brèves du planet-libre quand je poste les liens intéressants du Journal du hacker le même jour, je me dis qu’on marche sur la tête. On devrait travailler ensemble ou à défaut un seul de nous deux afin de libérer l’autre de son temps qu’il ait l’occasion d’agir sur autre chose.

Nous conspuons les silos fermés comme Facebook mais les planet sont enfermés dans leur propre étiquette alors que nous devrions nous rassembler et jeter des ponts entre les communautés.

Certains prendront ma proposition pour une déclaration de guerre, il n’en est rien. Jour après jour, le Journal du hacker devient une alternative de plus en plus pertinente :

  • Il n’y a plus cette division mais il y a toujours les marques/tags pour reconnaitre sa communauté
  • Il est possible de commenter sur le Journal du hacker
  • Il y a un moteur de recherche sur toutes les infos remontées
  • Il y a 1600 abonnés Twitter
  • Il est sur Diaspora*
  • On peut s’abonner à un flux RSS sur une marque précise (par exemple https://www.journalduhacker.net/t/debian.rss)
  • Il mélange le monde professionnel et la sphère privée
  • Il est sexy, social et communautaire.

A défaut que ce soit l’avenir pour les planet, j’invite ceux qui les font vivre à se poser la question : Quel avenir pour les planet ?

Je ne cherche pas à opposer planet et Jdh, je cherche à ce qu’on discute de ce qui ne va pas, ouvrir la discussion. Je réfléchis toujours en terme d’outil. Le Jdh est un outil, je ne m’y sens pas attaché, je suis attaché à la communauté qui y vit mais pas à l’outil en soi. Si il est dépassé, imparfait alors c’est à nous tous de réfléchir et de créer/construire l’outil dont on (nos communautés) a besoin. Une solution peut être d’améliorer le Jdh, une autre le rassemblement de plusieurs planet, une autre encore un nouvel outil…

Déjà 68 avis pertinents dans Planet, quel avenir

  • Les planets permettent de cibler des thématiques.
    Je suis abonné au planet libre qui est accessible.
    Les autres news dans le jdh ne m’intéressent pas donc pourquoi m’y abonner ?
    Et pour ton information, il existe des tonnes de planets très actifs, je pense au planet WordPress.
    Le jdh n’apporte rien de plus et contient trop d’articles techniques.
  • Salut Cascador,

    Je suis “utilisateur” participant du JournalDuHacker depuis quelques temps maintenant, l’outil en lui même est intéressant (ce n’est pas pour rien que j’essaye d’y contribuer) mais la “communauté” qui gravite autour ne m’intéresse pas plus que ça dans le fond. Par exemple je n’en ai rien à foutre de l’actualité des start-up à la con du moment, de cette arnaque honteuse qu’est la “french-tech”, tout ça pour moi c’est de la merde, des choses que je déteste même. Reste que je participe quand même, je ferme les yeux et respire un coup quand je vois passer le genre d’article cité précédemment puis ça se passe bien.
    Pour moi l’outil planet je m’en fou un peu, par contre je trouve les communautés tournant autour doublement intéressantes. Souvent elles sont dédiées à une “famille” de sujets mais aussi elles comblent le manque idéologique (on pourrait même dire déontologique ou éthique) du JournalDuHacker.
    Avec un peu de recul je pense que j’aimerais bien faire sans le JournalDuHacker, cependant je continue tacitement d’utiliser cet outil car il facilite tout de même grandement mon travail de veille, tout n’est qu’histoire de compromis. Je comprends l’idée que tu essaye de faire passer dans cet article de blog, les questions que tu soulève sont intéressantes et riches de sens. Malgré tout je pense que tu te trompe : les planets ont beau être à tes yeux des outils dépassés ils ne pourront jamais être “remplacés” par quelque chose comme le JournalDuHacker car ils sont intrinsèquement différents.

    Aussi chose pour le moins amusante dans ton article tu dis je cite : Je ne cherche pas à opposer planet et Jdh. Cependant c’est bel et bien ce que tu fais factuellement.

    À plus,

  • Cypouz
    Salut !

    Pour moi, l’usage n’est pas du tout le même. J’aime le Planet Libre, et je ne suis pas abonné au JdH. Non pas que je n’y vois pas d’intérêt ou que je trouve l’idée mauvaise, mais cela ne répond pas à mon besoin. Sur le JdH, on voit passer des liens vers des articles de toutes provenances. Ce n’est « que » du repartage. Très souvent, j’ai déjà vu passer ces liens dans ma veille. Le JdH fait donc redondance. Le Planet Libre, lui, ne présente quasiment que du contenu original, que je ne vois passer nulle-part ailleurs. Des articles de blog tout juste rédigés que leur propre auteur décide de diffuser par ce moyen. Aucun autre repartage de liens vers des sites d’informations plus mainstream (Numerama, NEXT INpact, LinuxFR…). Sur dix publications Planet Libre, j’irai presque à dire que les dix sont intéressantes, inédites et pas vues ailleurs lors de ma veille. Sur le JdH, le chiffre doit s’élever à un ou deux.

    Tu dis que Planet Libre est une relique du passé. Néanmoins, lorsqu’un de mes articles est publié à la fois sur le planet et reprit sur le JdH, le trafic provenant du planet est trois fois supérieur à celui généré par le JdH. Beaucoup de monde semble encore trouver de l’intérêt à ce planet ! Personnellement, s’il devait fermer les portes, je serai bien triste. Il s’agit d’un de ces outils très utiles qu’on utilise quotidiennement sans même plus s’en rendre compte tant il sait se faire oublier, mais qui viendrait à manquer s’il n’était plus là.

  • Salut,

    Merci pour ta réponse. :)
    L’utilisation de l’argument de la différence intrinsèque à du sens car il est couplé avec mon partage d’expérience personnelle dont j’ai fais le récit. Après pas question d’être nombriliste, certains n’y voient peut-être aucun intérêt et ce n’est pas grave. En publiant un commentaire à ton article en mon nom je n’ai pas la prétention de parler d’intérêt “général” ou quoi-que-ce-soit, nous sommes juste dans la discussion inter-personnelle ici. Je n’ai pas de parti à prendre pour une telle chose ou une autre : tu voudrais attaquer frontalement les communautés de planet je m’en ficherais.
    Je ne suis pas dans la logique d’opposition que tu décris je lis simplement les phrases de ton article comme elles sont formulées, notamment quand tu dis : “Jour après jour, le Journal du hacker devient une alternative de plus en plus pertinente” tu réalise bien, grammaticalement, une opposition entre deux choses. Je ne suis pas en train de te blâmer Cascador, je note juste la difficulté de s’exprimer sur un sujet un brin sensible. Il est clair que tu ne mène pas de charge contre un planet quelconque mais l’utilisation des mots qui est fait consiste bel et bien à une opposition entre deux choses. Peut-être voulais-tu te prémunir de cela mais cependant ta position factuellement partisane (tu fais parti du JournalDuHacker) complique forcément la tâche, je ne te fais pas de procès d’intention, je n’ai rien à reprocher : comme je le dis je souligne juste la difficulté de l’exercice littéraire.
    Merci à toi d’avoir ouvert le débat, l’exercice fut périlleux mais je pense réussi.

    À plus,

  • Salut !

    Je parlerai en mon nom personnel (disclaimer : je suis un des modos du planet libre).

    Je trouve la réflexion de la 1ère partie de ton billet intéressante : l’aspect social ou non d’un planet. Je ne pense pas que le planet aie une fonction sociale directe : l’outil n’a pas les fonctionnalités d’un facebook, twitter ou autre (note que je n’utilise aucun de ces outils). Il en a certainement une indirecte, si les gens qui publient sur le planet en sont également lecteur : alors les blogueurs s’influencent et parfois se répondent (il fut un temps il y avait des parties de ping pong Cyrille/Christophe etc.). De cette façon un planet peut avoir une fonction sociale, discrète mais réelle.

    Je suis moins convaincu par la suite de ton billet, notamment la liste des atouts (j’avais écrit “avantages” puisque tu compares les deux, mais je préfère rester sur les particularités de chaque outil, je ne vois pas bien pourquoi il faudrait les mettre en concurrence) du JdH et je m’arrêterai sur un cité “Il est possible de commenter sur le Journal du hacker”. D’une part tu avoueras que cette fonction est largement sous-utilisée (du coup est-ce vraiment un atout ?). D’autre part je ne suis pas fan des outils qui déportent les commentaires : en tant que blogueur bénévole, je suis payé en retour par les commentaires de mes lecteurs comme je l’écrivais il y 3ans 1/2 à la fin de ce billet http://libre-ouvert.toile-libre.org/index.php?article89/. Je ne trouve pas très éthique (mais je n’en fais pas un drame), lorsqu’une personne se borne à reprendre un article qui n’est pas le sien, de demander des commentaires de lecteurs qui forcément n’atterriront pas sur le blogue de l’auteur de l’article (selon le principe de l’effort minimal). Cela dit c’est certainement un discours de vieux con qui n’utilise pas les “réseaux sociaux” car c’est bien ce qui se doit se produire lorsqu’un billet est cité sur facebook ou twitter j’imagine. En tout cas j’aime bien l’idée que, sur le planet libre, pour commenter il faut aller sur le blogue de l’auteur (si les commentaires y sont permis).

    Pour en revenir à la question des réseaux sociaux, je discutais le week-end dernier avec mon ami ltp et lui disais que je passais une grande partie de mon temps sur les réseaux sociaux. Mais pas ceux étiquetés “réseaux sociaux” par la mode.
    LinuxFr.org est un réseau social pour moi, où j’y cotoie des gens que je connais pour y être moi-même présent, que je connais suffisamment pour faire des private jokes etc. Idem pour des fils de forums auxquels je suis abonné en fonction de mes centres d’intérêts, où on se connaît les uns et les autres.

    Le planet libre ne me viendrait pas spontanément à l’esprit comme réseau social pour les raisons déjà citées : son aspect réseau social, s’il existe, est beaucoup plus diffus. Pour autant je le suis quotidiennement et, comme dit plus haut par d’autres commentateurs (que je salue et remercie), j’y retrouve un contenu original qui m’interesse.

    Enfin pour la question accessoire à ton billet de la coexistence brèves du planet-libre/les liens intéressants du Journal du hacker, je suis personnellement ouvert à toute proposition.

    Merci pour ton billet en tout cas

    antistress

  • cep
    Cascador écrit : « C’est retirer le choix au lecteur et faire ce choix à sa place. Le lecteur fait ce qu’il veut, il est intelligent, il fait ses choix. Le contraindre ne sert à rien, ça peut avoir comme conséquence de diminuer l’interaction (finalement le lecteur ne laissera aucun commentaire nulle part alors qu’il aurait pu vouloir le faire dans sa communauté et pas nécessairement sur l’article, la source). »

    Ce que tu refuses de voir dans les commentaires déportés c’est que l’auteur d’un article n’a pas à faire le tour du web pour savoir ce qu’un lecteur pense de ce qu’il a écrit et donc il ne pourra pas y avoir de discussion possible, discussion qui aurait pu faire modifier des réflexions ou les améliorer, tout comme corriger des articles techniques. Le JdH avec ses commentaires déportés prive l’auteur d’un billet de son droit de suite, sauf à jouer au ping pong.

  • Le JdH est un nouvel outil, il permets d’accrocher de nouveaux utilisateurs.
    Les planets sont plus anciens et ont une communauté déjà bien constituée.

    Les planets et le JdH sont deux outils alternatifs/complémentaires. Pourvu que les deux existent encore dans quelques décennies !

  • cep
    Tu n’as pas choisi cette façon de voir. Certes. Mais ta vision est-elle respectueuse vis à vis de l’auteur ? après tout c’est lui le créateur.
    Or, avec « ta façon de voir » tu veux créer de la centralisation, ce qui à terme enferme l’auteur et le lecteur. Et, pire, si pour une raison ou une autre l’auteur n’est plus sélectionne sur le JdH (selon quels critères car il n’y a jamais d’explication sur pourquoi tel billet a été retenu) et bien il n’existe plus – l’auteur.
    Je préfère, et de beaucoup, que le lecteur fasse ses choix de rechercher des blogueurs selon ses propres critères et que les blogueurs décident par eux-mêmes s’ils désirent ou non être relayés sur tel ou tel point.
    Tu l’as compris je n’ai aucune attirance pour le JdH tel qu’il fonctionne actuellement.
  • Si mon blog disparaît, certains articles resteront sur planet-libre, tout simplement.
    Je pense que nicosomb a tout dit, pour moi c’est juste un site d’information rien de plus.
    Le JdH, c’est bien mais j’ai pas envie de lire tous les articles référencés et me limiter à certains tags, c’est penser que j’ai pas d’autres centres d’intérêt donc inutiles.
  • cep
    « Je regrette cependant que ça se concentre essentiellement sur le Jdh. Quel avenir pour les planet ? L’aspect social est inutile ? »
    Là aussi, les gars du Planet Libre sont-ils demandeurs de ces interrogations et sous cette forme et en ces lieux ?
    À eux de faire des demandes et des propositions, non ?
    Bonne continuation.
  • cep
    Je reviens sur un dernier point : « L’aspect social est inutile ? »

    Où est l’aspect social sur le JdH ?
    – pas d’explication sur les motivations de présenter le lien
    – pas d’interférence avec le blogueur quand à savoir s’il veux ou non que tel billet soit incorporé
    – pas de forum pour interagira avec les lecteurs et au besoin les auteurs
    – des commentaires déportés.

    Donc, non je ne vois aucune création de social, juste un dé – versement.

  • alterlibriste
    Pas vraiment en fait. Le Planet ne stocke pas le contenu des articles. Si leur source disparaît, elle ne sera plus accessible à long terme. Enfin il me semble, je ne connais pas les entrailles de la bête, mais avec une base qui fait à peine 200Mo, ça m’étonnerait qu’elle contienne tous les articles qui sont passés sur le site.
  • cep
    ? ? ?
    où vois-tu de l’énervement ? des phrases directes sans rond de jambe sont-elles de l’énervement ?
    là tu me surprends car il n’y avait vraiment rien d’agressif dans mes interrogations, ni aucune question éludée, non je ne vois rien de social sur le JdH, juste du lien et je ne vois pas le rapport avec diaspora.
    Bref, je te laisse te reposer, je pense en ce qui me concerne avoir fait le tour de la question.
    Bonne continuation pour la suite et bien cordialement.
  • Je suis d’accord. Quand c’est quelque chose qui parle à tout le monde ok mais quand je vois par exemple “Les index BRIN de PostgreSQL : Principes et Fonctionnement”, euh… Déjà Postgre je connais pas du tout mais alors poster un truc spécifique sur un sujet que très peu de gens connaissent je trouve pas ça très pertinent :( Vaut mieux avoir quelques liens intéressant que un flood de liens très spécifiques ou doublons
  • SurcouF
    Pousser les liens du JdH sur twitter serait donc son aspect social ? Cela me paraît un peu mince…
    En outre, je ne suis pas sur twitter pour m’abonner aux mêmes sources d’informations que j’ai déjà ailleurs, ce serait redondant.
  • SurcouF
    On peut en faire autant sur Planet-Libre et d’une manière un peu plus simple : en créant, par exemple, un seul lien avec tous les filtres demandés.
    De plus, les filtres du JdH ne semblent pas accessibles aux anonymes en dehors du site (gestion par cookies), du coup ce n’est pas compatible avec un client RSS…
  • SurcouF
    Tout comme on peut commenter directement sur les blogs mais pas sur le planet.
    La grande différence « sociale » avec JdH serait donc ses retransmissions en direct sur twitter ou diaspora ?
  • SurcouF
    Simple : tu cliques sur l’un des filtres puis un autre, et encore un autre et tu peux générer un lien RSS avec l’ensemble de ces filtres que tu peux ajouter à ton client RSS favori.
    Sur le JdH, tu dois ajouter un lien par filtre, sachant que tu dois générer manuellement ce lien (à moins que je me trompe).
  • SurcouF
    C’est ce que je soulignais : la différence principale entre le planet et JdH consiste en cette redirection vers Twitter/Diaspora, ce qui semble correspondre à l’aspect social que tu décris.
  • SurcouF
    Sur un planet dédié à Gnome ou Debian, sans doute mais sur planet-libre ou même JdH, il y a trop de sujets à lire pour une seule journée : d’où l’intérêt capital des filtres !
  • Cher Cascador.
    Il manque une chose si tu veux de l’interaction avec tes visiteurs.
    Tu dis que les planets sont morts ou presques.
    Merci de faire une liste EXHAUSTIVE des planets :D que ton lectorat se rende compte si c’est vrai ou non.
    Je parle de planets francophone.
    Y’a un planet ubuntu, un planet libre, un planet wordpress, y’a quoi d’autre ?
    Le planet WordPress est assez soutenu genre au moins 1 billet / semaine. Pas mort quoi.
    Enfin, merci de définir que marché ou lecteur vise le jdh, j’ai tjs pas compris.
  • – Bonjour madame, je trouve votre peinture mais avec un goût épouvantable. On la change ? Vous voulez qu’on en parle ?
    – Mais monsieur elle me va très bien ma peinture !!!
    – Mais je t’ai rien demandé à toi ??? Et t’es qui d’ailleurs ?
    – Je travaille pour les tapisseries JDH ….

    —-> Marave.

  • Bon maintenant qu’on a vu que pour les planet tout le monde s’en foutait et que tu t’es fait marave, je propose que nous débattions de ce qu’on peut faire pour améliorer le jdh.

    – arrêter de l’appeler le jdh qui fait penser au journal du hard
    – arrêter de créer des comptes pour participer parce qu’on est libre et qu’on en a gros de s’inscrire
    – noter les gens qui diffusent pour sanctionner les mecs qui font uniquement des backlinks vers de la merde
    – obliger les gens à écrire quelques lignes avant de faire un link
    – imaginer des outils pour les blogueurs qui font vivre le jdh

    Je crois que ce sera un bon début, quand tout ceci sera fait, on se recontacte et on se fait une bouffe.

    Tu devrais te concentre sur blog-libre et suicider le jdh, ce soir même.

  • alterlibriste
    En cadeau bonux, je remets en public ce que je te disais par mail sur les défauts que je trouve au JdH comme ça tu auras tout sur la même page (l’essentiel a déjà été cité) :

    Le JdH ne me convient pas pour plusieurs raisons :
    – il y a bien trop d’articles relayés ou alors il faudrait faire différents flux avec des catégories
    – il n’est pas axé sur le libre mais sur le rapport à la technique
    – il n’est du coup quasiment que technique
    – il y a énormément de doublons avec ce qu’un agrégateur collecte déjà sur le sujet, il ne peut donc faire office que d’agrégateur partial pour ceux qui n’en ont pas et ne misent que sur les réseaux sociaux pour s’informer, tendance que je regrette
    – il ne renvoit pas directement aux articles depuis le flux
    – il centralise les commentaires
    – il demande du travail pour collecter et sélectionner les articles selon des critères propres à ceux qui le font
    – et effectivement, le blogueur ne peut pas y soumettre son article ou le retirer, ce qui serait un peu fastidieux et reviendrait à réinventer le fonctionnement d’un Planet

    C’est un point de vue de quelqu’un qui fait sa veille sur des flux rss mais si ton but est d’alimenter les réseaux sociaux, pourquoi pas mais ça n’est pas mon monde, donc difficile de juger (déjà sur Diaspora*, quelqu’un qui fait plusieurs posts par jour, je ne le garde pas bien longtemps).

    Sinon, la bienveillance ne paie pas : mon article a recueilli trois commentaires par les gens concernés, ici, c’est le déluge. Tu as même piqué les commentateurs de Cyrille. Et je parie qu’ils attendent tous le retour du blog-libre avec impatience, tu imagines une fête comme ça tous les jours ? Heureusement qu’il te reste la nuit pour travailler puisque tu ne dors pas.

  • ouais tu as raison, il nous a volé nos commentaires ! MARAVONS LE ! VOLEUR DE COMMENTAIRES !!!

    Non les gens chez moi s’en foutent, comme je suis nulle part, ils sont forcés de me lire chez moi.

  • alterlibriste
    Tiens, je me suis souvenu que l’an dernier je tâtais le terrain pour savoir quel était le rapport des gens de Diaspora* avec le Planet-Libre, comme quoi je me remets quand même parfois en question : https://diaspora-fr.org/posts/864542
    Cela confirme le constat, c’est un outil que beaucoup utilisent en l’oubliant car il fait le job, c’est sans doute pourquoi personne ne pense à le faire évoluer.

    Finalement, avec l’outil de brêves que renseigne antistress, tu aurais presque pu faire la même chose qu’avec le JdH. Non ?

  • Petite suggestion d’améliorations pour le journal du hacker :
    -Faire des pingback automatique vers les articles de blogs/sites (au niveau des commentaires).
    -Pour que la notation des liens du journal du hacker soit utile il faut une communauté plus grande qui vote plus (la note est très au dessus de 10), il faut également pouvoir donner une note négative. Si l’on peux calculer une note pour les “partageurs” à partir des notes de leur partages pour pouvoir déterminé si le prochain partage sera automatiquement accepté/checké par la modération/refusé.

    Je fais pas de grande différences d’usages entre les planets et le journal du hacker, je regarde rapidement les sites des auteurs/partagés pour voir si le contenu m’intéresse et si je dois l’ajouter à mes flux

    Les commentaires proposes beaucoup de bonnes améliorations pour l’outil et j’espère que Cascador prendra le temps de les coder.

Laisser un commentaire

indique des champs obligatoire.